All for Joomla All for Webmasters
 
Jean Ping, lors du vote du Front uni pour l'Opposition de l'Alternance Jean Ping, lors du vote du Front uni pour l'Opposition de l'Alternance

GABON : Jean PING plus décidé que jamais, à la prochaine présidentielle ! Spécial

+++ Le Front uni pour l’Opposition de l’Alternance (FOPA) au Gabon vient d’élire, le 15 janvier 2016, Jean PING comme candidat unique de l’opposition à la prochaine présidentielle prévue au second semestre de cette année.

La décision est prise lors d’une séance au siège de ce regroupement au quartier Gass à LIBREVILLE (capitale de Gabon), suite à un processus entamé depuis quelques semaines. Selon le règlement intérieur du Front, le vote fut à main levée et le seul candidat Jean PING a eu l’unanimité. Quatre jours auparavant, le 11 janvier 2016, il a été auditionné durant quatre heures de temps par les dirigeants, développant son programme.

Présidée par Philibert ANDZEMBE, vice-président du FOPA en présence de 16 signataires, cette « investiture » n’est pas reconnue par d’autres membres de la coalition. Le président du Front, Pierre-André KOMBILA, absent lors du vote, évoque « la possibilité d’organiser une primaire d’ici février ou mars ». Tandis que Zacharie MYBOTO, président de l’Union Nationale (opposition) se dit ne pas être informé : « Cela ne concerne pas le Front. Cela ne concerne que ceux qui ont fait cette déclaration ». Quant à l’opposant Pierre-Claver Maganga MOUSSAVOU, leader du Parti social démocrate (PSD), il a annoncé faire cavalier seul rejetant l’idée d’une candidature unique de l’opposition.

Toutefois, Jean PING est plus décidé que jamais d’aller à la présidentielle, pour affronter le président Ali BONGO Ondimbo, candidat à sa succession. « Sur 27 partis et personnalités du Front, 16 ont voté et tous les 16 ont voté pour moi. (…) Je tiens à les remercier pour cette marque de confiance, pour m'avoir confié la responsabilité de porter nos couleurs pour atteindre notre ambition à tous, à venir à l'alternance et à créer une nouvelle République démocratique et solidaire » s’est exprimé après le vote l’ancien président de l’Union Africaine. Tout en sachant qu’il pourra avoir d’autres candidats : « un candidat unique de l’opposition, (…) cela n’existe pas, connaissant les pratiques des tenants du régime. D’ailleurs, le pouvoir va présenter des candidats fantaisistes, soi disant de l’opposition, pour arracher nos voies ! »

L’importance d’un candidat unique de l’opposition s’explique, du fait que la Constitution gabonaise ne prévoit qu’un seul tour au scrutin présidentiel.

James RAMAROSAONA
(Paris, 16/01/2016)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire