All for Joomla All for Webmasters
 

RDC : délicate mission pour Saïd DJINNIT Spécial

+++ « Le dialogue politique national » convoqué, fin novembre 2015, par le président congolais Joseph KABILA est loin d’avoir une adhésion inclusive, alors que l’objectif est de donner une chance à la relance du processus électoral. Envoyé Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Saïd DJINNIT entre en lice.

Les partis et organisations - dont l’UDPS d’Etienne TSHISEKEDI et le G7 (groupe des 7 partis qui ont quitté la majorité présidentielle) - regroupés au sein de « Dynamite de l’Opposition » à KINSHASA (capitale de la République Démocratique de Congo) continuent à se douter sur le bien-fondé du dialogue proposé par Joseph KABILA, pensant à une manœuvre visant un glissement du mandat présidentiel. Même si le président de la RDC pense à une mobilisation des médiateurs étrangers dans la tenue des Assises.

Le directeur de cabinet du président congolais a annoncé, le 7 décembre 2015 la constitution d’un comité préparatoire au dialogue ouvert, tandis que l’opposition revendique cette tâche à un médiateur international. « C’est au facilitateur de mettre en place le comité préparatoire et de jouer le rôle central dans la préparation, l’organisation, l’exécution des décisions qui en sortiront », a déclaré un membre de « Dynamite de l’Opposition ».

Suivant la conjoncture, Ban KI MOON, Secrétaire général des Nations-Unies a demandé à son Envoyé spécial pour les Grands Lacs, Saïd DJINNIT de faire le déplacement en RDC, le 2 décembre 2015. Il a comme mission de s’entretenir avec le gouvernement et les parties prenantes afin de discuter des contours du dialogue. Bref, contacter les protagonistes et trouver du consensus.

Il a ainsi rencontré différentes personnalités dont des dirigeants du G7, mais sa tâche est loin d’être facile. Après KINSHASA, Saïd DJINNIT a rejoint le 7 décembre 2015 Belgique où séjourne depuis quelques temps Etienne TSHISEKEDI, principal opposant de Joseph KABILA. Il a rencontré dans les locaux de l’Union Européenne de BRUXELLES le président de l’UDPS, le député UDPS Samy BADIBANGA et deux autres membres de ce parti. L’UDPS campe ainsi sur sa position de ne pas participer à ce dialogue, dans le concept actuel du président Joseph KABILA. L’UDPS persiste à l’élaboration d’un calendrier électoral respectant les délais constitutionnels et à la correction du fichier électoral tout en donnant un rôle essentiel, en amont et en avant à un médiateur international des Assises.

A ce rythme, Saïd DJINNIT n’a trouvé de consensus ; et le syndrome de l’échec de sa médiation burundaise se profile. Le rapport de mission qu’il s’apprête à remettre au SG de l’ONU le 11 septembre prochain se doit être complet, donc comportant des solutions pour débloquer le conflit en cours.

James RAMAROSAONA
(Pour Afrique Progrès Mag. Paris 09/12/2015)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire