All for Joomla All for Webmasters
 

Congo: nouvelle victoire de Sassou Nguesso sur le terrain de l’anarchie Spécial

Après deux mandats présidentiels depuis son retour au pouvoir l’année 1997, Sassou Nguesso qui en est à sa 32ème année à la tête du Congo n’est pas prêt de se dessaisir du pouvoir. Au cours du conseil des ministres présidé ce lundi par le chef d’Etat en personne, la décision d’organiser un référendum le 25 octobre prochain en vue de changer la constitution et de permettre au président de briguer un nouveau mandat en 2016 a été prise.

Denis Sassou Nguesso est bien décidé à briguer un autre mandat à la tête de l’Etat. Au cours du conseil des ministres de ce lundi 5 octobre 2015, la décision d’organiser un référendum en vue de changer la constitution et de permettre au chef d’Etat de briguer un autre mandat à la tête du pays a été prise.

La tenue de ce référendum fait suite au dialogue national tenu il y a trois mois et pendant lequel tous les participants s’étaient accordés de procéder à la révision de la loi fondamentale. A l’époque déjà les opposants dénonçaient ce rassemblement comme une farce et aujourd’hui ils continuent de marteler leur opposition à cette révision du texte constitutionnel.

Les obstacles à écarter de la constitution

En l’état actuel de la constitution, le chef d’Etat est exclu de la course présidentielle pour les motifs d’âge, il a 72 ans alors que la loi fondamentale refuse la candidature de tous les candidats âgés de plus de 70 ans et par la limitation des mandats [deux au plus].

Mais pour s’attirer la sympathie du peuple, le chef d’Etat souhaiterait aussi que la durée des mandats passe à cinq ans au lieu de sept ans. Noble initiative pour un président qui a déjà cumulé plus de 32 ans à la tête du pays. Pour votre information Denis Sassou Nguesso a été président du Congo entre 1979 et 1992, avant de revenir en 1997.

Une victoire contre une opposition incapable

Depuis quelques semaines les mouvements d’opposition se sont mobilisés pour faire barrage à ce qu’ils appellent « un coup d’Etat constitutionnel ». Une marche à Paris, des mouvements à Brazza, et puis le calme est revenu. L’annonce de la tenue de ce référendum le 25 octobre prochain est une victoire pour le camp de Sassou. Tout aujourd’hui est mis en ordre pour sa réélection à la tête du Congo l’année 2016, comme quoi l’anarchie triomphera encore dans nos très jeunes Etats d’Afrique. AFPmag

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire