All for Joomla All for Webmasters
 
Un policier burundais tire sur les manifestants anti-troisième mandat dans le quartier de Mutakura, le 2 juin 2015 Un policier burundais tire sur les manifestants anti-troisième mandat dans le quartier de Mutakura, le 2 juin 2015

Burundi: une brigade spéciale a commencé la matraquage des quartiers contestataires Spécial

Après la mort de 8 personnes à Bujumbura selon les forces de l’ordre et 15 selon les témoins des scènes de violences enregistrées dans les villes de Mutakura et Cibitoke où les mouvements anti-troisième mandat se poursuivent plus de deux mois après le retour de Pierre Nkurunziza aux commandes de l’Etat, l’administration appliquera désormais de nouvelles dispositions pour assurer la stabilité du pays.

Désormais la brigade anti-émeute se chargera de « prévenir et de gérer les grands événements et les actes de terrorisme graves ». La décision a été prise la semaine dernière et devrait entrer en application. Certaines sources avancent l’idée selon laquelle cette brigade sera chargée d’opérer dans les quartiers contestataires, situés pour la plupart au nord de la capitale.

Mais l’idée ne semble pas du goût de beaucoup de citoyens. Certains dénoncent sous anonymat, des officiers usant d’une « brutalité inouïe ». La nouvelle brigade compterait 300 soldats, tous des tireurs d’élite d’après un haut gradé de la police. Ces hommes seraient à l’origine des morts par balles de ces dernières heures.

La fameuse brigade chargée de maintenir le calme dans la capitale burundaise est dirigée par le lieutenant-colonel Désiré Uwamahoro, un officier de renseignement contre qui la justice s’est plusieurs fois rangée. AFPmag

Laissez un commentaire