All for Joomla All for Webmasters
 

Burkina : les unités loyalistes de l’armée et le RSP en passe de s’affronter Spécial

  • 22 septembre, 2015
  • Écrit par 
  • Publié dans SOCIETE
  • Lu 1510 fois
  • Évaluer cet élément
    (2 Votes)

Depuis l’après-midi de ce lundi, plusieurs unités de gendarmerie et de l’armée se sont postées autour de la capitale burkinabé, à croire qu’elles vont lancer un assaut contre le régiment de sécurité présidentielle, à l’origine du coup d’Etat qui a paralysé le processus de transition.

Le général Diendéré et l’ensemble du régiment de sécurité présidentielle (RSP) font face depuis l’après-midi de ce lundi 21 septembre à une montée des tensions des unités de l’armée restées loyale à l’équipe de transition déchue. Au cours de la journée, plusieurs unités de l’armée et de la gendarmerie burkinabé se sont postées autour de Ouagadougou. Selon un communiqué signé par d’anonymes « chefs de corps des forces armées nationales », il n’est pas exclu qu’ils passent à l’attaque pour forcer le général et ses hommes à quitter le pouvoir et déposer les armes.

Ce sont donc quatre colonnes de véhicules, dont des blindés, venus de Bobo Dioulasso (Est), de Ouahigouya (nord) et de Fada N’Gourma (ouest), qui ont pris la direction de Ouagadougou où le RSP est aussi sur un pied de guerre.

Le général Diendéré n’entend pas partir avant la signature de l’accord

En réponse à cette menace, le général putschiste s’est exprimé à la télévision burkinabé, affirmant qu’il remettrait le pouvoir aux autorités civiles de la transition après la signature de « l’accord définitif du projet de sortie de crise sous l’égide de la Cedeao ». Le nouvel homme fort a déclaré aussi que le premier ministre Isaac Yacouba Zida, détenu depuis mercredi dernier, sera relâché à l’issue de cette signature.

Alors que la crise commence à passer hors de contrôle, les hommes du général se déploient aussi dans la cité capitale sur des pick-up, déterminés à répondre à toute attaque. Ils ont d’ailleurs pris position sur les axes menant à la capitale.

Un accord qui n’est pas du goût du peuple

Depuis lors le début du positionnement des forces loyalistes autour de la capitale, les doutes commencent à naître quant à la signature de ce projet d’accord. Le document a été rédigé sous l’égide du président Macky Sall, de son homologue béninois Boni Yayi, et de plusieurs acteurs politiques burkinabé. Taillé selon la mesure des exigences du RSP, l’accord a été refusé par une bonne frange du peuple. Les burkinabé semblent exiger le retour de la transition aux affaires et la dissolution du RSP qui constituerait une menace pour la sécurité présidentielle. AFPmag

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31