All for Joomla All for Webmasters
 
Macky Sall accueilli par le général Diendéré à Ouagadougou, le 18 septembre 2015 Macky Sall accueilli par le général Diendéré à Ouagadougou, le 18 septembre 2015

Sénégal : le président Macky Sall désavoué ! Spécial

Une bonne partie de la société civile sénégalaise se positionne sur le projet d’accord de sortie de crise menée tout récemment par le président Macky Sall, en sa qualité du président de CEDEAO, dans la crise de Burkina Faso.

Constituée le lendemain du projet, cette coalition informelle composée d’une quinzaine d’associations du Sénégal dont l’Association des Juristes du Sénégal (AJS), Amnesty International, Article 19,Comité d’Initiative des Intellectuels du Sénégal, Cusems, Forum social Sénégalais, Mouvement Y en a Marre, Mouvement du 23 Juin, RADHHO, Génération Sentinelle,…rejette le protocole qui fait mention d’une amnistie aux militaires putschistes.

Dans un communiqué conjoint, signé à Dakar le 21 septembre 2015, la plateforme « réaffirme son soutien au peuple du Burkina Faso, qui continue une résistance héroïque face au terroristes du Régiment de la Sécurité Présidentielle (RSP) qui ont interrompu de manière intempestive le processus de transition démocratique qui doit permettre aux Burkinabè de choisir librement leurs institutions et leurs dirigeants légitimes ».

« La plateforme demande aux chefs d’État de la CEDEAO qui se réunissent ce 22 septembre 2015 en sommet extraordinaire de rejeter fermement toute forme d'amnistie en faveur des putschistes, en se conformant à l'esprit comme à la lettre des textes juridiques de la CEDEAO et de l'Union africaine, notamment le protocole additif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité, et la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, qui sanctionnent désormais les auteurs de rupture démocratique dans les États membres »

Rappelons que le point 12 du projet propose de pardon et de l'impunité à ceux qui ont commis des actes et violences de ces derniers jours. « Cette proposition est lourde de menaces pour la paix et la stabilité du Burkina Faso et constituerait un précédent dangereux pour la sécurité des peuples et la démocratie » regrette cette coalition dakaroise. Elle projette donc une mobilisation de toute la société civile africaine pour soutenir le peuple burkinabè.

Sans le dire, les dirigeants de cette plateforme du Sénégal s’opposent aux actes de leur président, Macky SALL. Un désaveu qui ne dit pas son nom.

James RAMAROSAONA
(AFPmag, 21 septembre 2015)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30