All for Joomla All for Webmasters
 
Un manifestant blessé allongé sur un brancard dans un hôpital d'Ouagadougou, au Burkina Faso, jeudi le 17 septembre 2015. Un manifestant blessé allongé sur un brancard dans un hôpital d'Ouagadougou, au Burkina Faso, jeudi le 17 septembre 2015.

Burkina : la répression continue de faire des blessés et des morts Spécial

  • 20 septembre, 2015
  • Écrit par 
  • Publié dans SOCIETE
  • Lu 929 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

Dispersés dès la première minute du coup d’Etat par des tirs de sommation, les manifestants sont depuis jeudi dernier exposés à des tirs à balles réels. Cette situation qui a causé plus de dix décès, continue de faire des blessés.

A l’hôpital Yalgado, principal centre hospitalier de Ouagadougou, l’affluence monte d’un cran toutes les minutes. Les victimes de la répression sanglante des putschistes sont amenés sur des brancards, certains sont vivants, d’autres sont tout simplement morts.

Depuis le début du coup de force le mercredi dernier, on dénombre une dizaine de morts par balles, tous tués par les hommes du régiment de sécurité présidentielle. Un membre de l’équipe médicale affirme que « Nous avons reçu environ 80 blessés en trois jours, essentiellement des personnes touchées par balles ».

Agés de vingt à trente ans, les victimes ont reçu chacune une balle pour le moins. D’autres qui ne sont pas morts sont cloués sur un lit de cet hôpital à broyer du noir. un étudiant de 25 ans touché à la cuisse par une balle des hommes du général Diendéré nouvel homme fort du pays raconte qu’il courait pour se réfugier dans la maison du Mogho Naba, personnalité tribale fortement respectée au Burkina, lorsqu’une balle l’a atteint à la cuisse. « Je n’ai pas eu le temps de rentrer dans la cour. Ils nous ont tiré dessus à bout portant » a-t-il affirmé.

Pourtant les choses ne vont pas s’arrêter à ce stade compte tenu de la détermination des manifestants à faire détaler ce régime. Pour rappel le couvre-feu fixé de 19h à 6h reste en vigueur et les rassemblements continueront d’être dispersés par tous les moyens, quitte à augmenter le nombre de victimes de ce coup d’Etat que le Burkina ne voulait pas. AFPmag.

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires