All for Joomla All for Webmasters
 

Burundi: la guerre n’a pas commencé Spécial

  • 10 septembre, 2015
  • Écrit par 
  • Publié dans SOCIETE
  • Lu 2406 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

S’agit-il finalement de la guerre entre manifestants contre un troisième mandats et les forces de l’ordre fidèles à Pierre Nkurunziza ? impossible de se prononcer sur la question, bien qu’une position de l’armée burundaise vient d’être attaquée par un groupe armé non identifié, le mardi 8 septembre. La confrontation s’est déroulée pendant une trentaine de minutes dans la commune de Kanyosha, près de Bujumbura.

A l’issue de la confrontation entre une position militaire de l’armée burundaise et un groupe armé non identifié, trois militaires ont été blessé et deux assaillants tués, selon un bilan officiel donné par le porte-parole de l’armée. C’est la première fois qu’une position de l’armée est attaquée depuis le début des manifestants en avril dernier.

Depuis la victoire de Pierre Nkurunziza à l’élection présidentielle et sa prise de fonction le 20 août dernier, l’opposition déjà désorganisée, n’a plus parlé d’une voix unique. Parti de son côté, Agathon Rwasa, le principal opposant au régime actuel a troqué sa tenue d’opposant contre cinq fauteuils ministériels dans le gouvernement d’union nationale. Les autres franges de cette opposition ont presque disparu du paysage politique.

Ces groupes qui attaquent aujourd’hui ne peuvent être identifiés d’emblée comme les opposants au troisième mandat. Impossible de voir dans ces individus non identifiés la main de l’opposition, et compte tenu du fait que beaucoup d’armes ont disparu des casernes de l’armée et personne ne peut dire qui en a pris le contrôle.

« Une attaque publicité »

L’attaque qui vient d’avoir lieu dans les environs de 18 heures (heure locale) ce mardi 8 septembre, a vu selon le colonel Gaspard Baratuza, une solide riposte des forces de sécurité. Le porte-parole de l’armée burundaise, assure toutefois que ces échanges de tirs de trente minutes étaient « d’intensité limité », ce qui montre qu’il s’agit d’une bande désorganisée et sans un matériel de guerre important. L’objectif d’une telle attaque n’est pas forcement de prendre la position militaire tenue par l’armée, mais d’ouvrir la voie au chaos.

Les deux assaillants tués pendant les échanges de tirs avec l’armée dans la localité de Kanyosha « n’ont pas pu être identifiés, puisqu’ils n’avaient pas de document sur eux », selon gaspard Baratuza. Le porte-parole de l’armée conclut finalement qu’il s’agit d’une « attaque publicité ». AFPmag

Laissez un commentaire