All for Joomla All for Webmasters
 

Tchad : Trois attentats en 25 jours, 65 morts, et pourtant un calme imperturbable à N’Djamena

Le marché central de N'Djamena où un homme déguisé en femme s'est fait exploser samedi le 11 juillet 2015
Le marché central de N'Djamena où un homme déguisé en femme, habillé en burqa, s'est fait exploser samedi le 11 juillet 2015

 

Attaquée trois fois en moins d’un mois par les terroristes de Boko Haram, la capitale tchadienne enregistre déjà 65 morts, parmi lesquels cinq policiers et leur informateur tués lors d’une fouille dans une maison qui abritait des terroristes. Pourtant contre toute attente, la population dans cette ville de N’Djamena continue de vaquer à ses occupations et reste confiante en l’avenir.

Double explosion le 15 juin dernier, suicide collectif de six terroristes le 29 juin lors d’une fouille dans une maison qui abritait des terroristes de la secte nigériane, ce jour ce sont cinq policiers et leur informateur qui avaient péri, attentat du samedi 11 juillet au marché central de N’Djamena, la capitale tchadienne compte quelques 65 victimes en moins d’un mois. Assez pour défaire le mental et monter la population contre ses gouvernants.

Pourtant contre toute attente, le calme règne à N’Djamena et la ville poursuit son train train habituel. Cependant, certains comme Karambé, un tchadien de cette cité capitale, n’hésitent pas à se rappeler de l’époque où les attentats étaient une histoire qu’on leur racontait via les médias. « Avant on en entendait parler seulement à la radio ou à la télé, mais la même chose est arrivée ici ». Il poursuit en déclarant que  « avec ce qui s’est passé samedi ou le double attentat du 15 juin en passant par celui du 29 juin, c’est difficile. Malgré tout, nous, notre esprit est serein ».

Dans ce propos on voit un esprit apeuré qui continue de croire que la situation sera maîtrisée bientôt. Pourtant, en l’Etat actuel des choses, poursuite de la mise en place des locaux de la force multinationale à N’Djamena, attente des 8 700 hommes qui formeront les troupes qui iront combattre Boko Haram d’ici au 31 juillet prochain, recherche de moyens financiers pour supporter le coût de cette guerre qui commence, le pays peut encore connaître de nouveaux attaques.

Du coup certains tchadiens veulent croire en Dieu et plus assez à cette administration qui déploie pourtant d’énormes efforts dans ce combat. Depuis quelques semaines, les forces de sécurité tchadiennes procèdent à des fouilles méthodiques dans la capitale, ce qui a conduit à la découverte d’une cache d’armes avec un arsenal de guerre important, aux arrestations des étrangers soupçonnés d’appartenir à Boko Haram.

Dans les coulisses, on préconise déjà le décret d’un Etat d’urgence, ce qui va en principe accroître les attributions des agents de sécurité, limiter les attroupements dans la capitale, et par conséquent diminuer le nombre de morts dans le cas où de nouveaux attentats surviendraient. Onesiphore Nembe. AFPmag.

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30