All for Joomla All for Webmasters
 
Vignette de propagande du secte islamiste Boko Haram. Vignette de propagande du secte islamiste Boko Haram.

Boko Haram : contradictions ou manipulations ? Spécial

Abubakar Shekau, Mahamat Daoud, Bana Blachera, des noms qu’on a entendu depuis douze mois et qui seraient selon l’ordre qu’ils sont cités, les chefs de la secte nigériane, Boko Haram. Ce n’est pas tout, les rumeurs sur la mort et l’état du premier, dont la dernière date de ce 23 août 2016, ont circulé plusieurs fois et à chaque fois, rien. La vérité dans ce lot d’informations se trouve à quel niveau finalement ?

Le 12 août 2015, après quelques médias bien connu à l’échelle mondiale, Afrique Progrès Magazine reprenait l’information sur le nouvel homme fort de Boko Haram. L’homme, un certain Mahamat Daoud, est jusqu’alors le grand inconnu du public. Son nom ne figure pas parmi les vingt leaders de Boko Haram les plus recherchés à l’époque. Sa position en faveur d’une négociation avec les forces armées engagées dans le combat contre la secte ne ressemble pas à Boko Haram, Idriss Déby ne tarde pas à prendre position, appelant le Nigeria à ne pas initier de négociation avec l’ennemie. Quelques jours plus tard, Mahamat Daoud font dans le silence, on a plus entendu parler de lui. Mais la mise en scène est réussie ! Le nom de l’individu laisse supposé sa nationalité tchadienne. Le Tchad, pays très engagé dans la lutte contre Boko Haram, est aussi le pays d’où les leaders de Boko Haram viennent.

Revient Abubakar Shekau, enterré faussement après l’annonce de l’arrivée d’un nouveau leader. On se souvient qu’à l’époque de nombreux médias avaient évoqué ses blessures causées début 2015 par les bombardements de l’armée tchadienne. Comme si cela ne suffisait pas, la secte nigériane dont le nom très ridicule appelle à l’éradication, devient Etat islamique. « Daesh, branche Afrique de l’Ouest » a-t-on lu de nombreuses fois dans les colonnes de nombreux médias. Aucune preuve de la correspondance entre les deux organisations n’a été apportée jusqu’alors, outre l’allégeance d’Abubakar Shekau à Abou Al Bagdadi, qui n’y prend garde. Habitué au mimétisme, les médias africains se gardent pour la plupart de changer le nom de la secte, conservant le fameux « Boko Haram ». Si « Boko Haram » arrivait à prendre le nom « Daesh », il serait devenu un « monstre dix fois plus violent qu’il ne l’est » indique l’expert de Boko Haram d’Afrique Progrès Magazine.

Bana Bachera, le nouveau maître de Boko Haram

Plus tôt au courant de cette année 2016, le 9 juin dernier, c’est un nouvel homme fort qu’on a attribué à Boko Haram. Il s’agit notamment de Bana Blachera, un originaire du Cameroun selon l’information véhiculée par plusieurs grands sites. L’homme est décrit dans les colonnes du journal Lemonde comme n’ayant pas « l’épaisseur idéologique et religieuse de Mohamed Yusuf, le charismatique fondateur de Boko Haram. Il n’a pas non plus « la grande gueule » de son prédécesseur Abubakar Shekau, adepte des shows télévisés et de déclarations fracassantes ».

On dit aussi Bana Bachera qu’il est « un homme de l’ombre, plus à l’aise dans les opérations de terrain que dans les prêches religieux enflammés ou les joutes oratoires ». Un portrait qui en dit long sur la cruauté de ce brave inconnu et qui place le Cameroun face à ses responsabilités. Puisque selon toujours les estimations de certains médias, ce sont 3 000 camerounais qui auraient rejoint le mouvement depuis 2002. Moins de trois mois après c’est un nouveau rebondissement, avec le retour en scène d’Abubakar Shekau et des déclarations reconnaissant qu’il est le chef de la secte.

Abubakar Shekau encore à la tête de Boko Haram

Ce 23 août 2016, Abubakar Shekau dont on ne savait plus le sort depuis l’annonce de sa succession est victime d’une frappe des forces armées nigérianes, information publiée dans la matinée sur son compte twitter. Et là dans le site de nos confrères de RFI on lit « L'armée nigériane annonce que le chef de Boko Haram est gravement blessé ». Selon toute vraisemblance on aurait dû parler de ex-chef de Boko Haram, hélas, il n’en a pas été question, à croire que la presse elle-même ne sait pas qui préside au destin funèbre de Boko Haram. Précisons que ces derniers temps le Nigeria et ses alliés camerounais, tchadiens et nigériens, ont resserré l’étau autour de la secte qui se cantonne aujourd’hui dans la vaste forêt de Sambissa, au nord-est du pays. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31