All for Joomla All for Webmasters
 

OIF : un énième voyage de Pascal COUCHEPIN à Kinshasa !

11 novembre, 2017

+++ Michaëlle JEAN, secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) vient de dépêcher une mission en République Démocratique de Congo (RDC).

Tchad: Idriss Déby commence un cinquième mandat

08 août, 2016

Certes l’opposition grogne contre l’investiture d’Idriss Déby depuis huit jours, mais rien n’y peut, ce lundi 8 août, le chef d’Etat sortant reprend les commandes de l’Etat pour un nouveau mandat.

Sénégal : les grandes évolutions que le référendum du 20 mars peut asseoir

11 mars, 2016

Appelé à se prononcer pour ou contre la révision constitutionnelle, le peuple sénégalais va décider le 20 mars prochain des grandes orientations de sa vie politique à venir. Les amendements proposés par le régime Macky Sall, devraient sans conteste permettre au Sénégal d’affermir sa démocratie.

Alassane Ouattara commence un nouveau mandat à la tête de la Côte d’Ivoire

03 novembre, 2015

Suite à la confirmation par le conseil constitutionnel, lundi dernier, de la réélection du chef d’Etat sortant Alassane Dramane Ouattara, la cérémonie de prestation de serment a eu lieu ce mardi 3 novembre dans la matinée.

Congo: nouvelle victoire de Sassou Nguesso sur le terrain de l’anarchie

06 octobre, 2015

Après deux mandats présidentiels depuis son retour au pouvoir l’année 1997, Sassou Nguesso qui en est à sa 32ème année à la tête du Congo n’est pas prêt de se dessaisir du pouvoir. Au cours du conseil des ministres présidé ce lundi par le chef d’Etat en personne, la décision d’organiser un référendum le 25 octobre prochain en vue de changer la constitution et de permettre au président de briguer un nouveau mandat en 2016 a été prise.

Burundi : Nkurunziza ne finira pas son mandat à la tête du pays pour ces trois raisons

20 août, 2015

Les nuits restent ponctuées par des bruits intempestifs d’armes lourdes dans la capitale burundaise. Entre opposants au troisième mandat de Pierre Nkurunziza et forces loyalistes au président qui prête serment ce jeudi 20 août, c’est la guerre. Dans le même temps, Kigali qui s’est montré favorable au départ de l’actuel chef d’Etat depuis les premières heures de ce conflit, abrite plusieurs cadres hostiles au régime burundais, des faits qui portent à croire que le mandat de cinq ans qui commence, ne s’achèvera pas.

RDC : Calendrier électoral au point : Kabila à la porte ?

13 février, 2015

 

Les prochaines élections parlementaires et présidentielles se tiendront au Congo RDC le 27 novembre 2016, mais toujours aucune vraie déclaration officielle sur Kabila qui termine bientôt son deuxième mandat à la tête de l’Etat. Kabila sera-t-il candidat à sa propre succession aux prochaines présidentielles ?

 

Les élections sont prévues le 27 novembre 2016.

Avec les mouvements que le Congo RDC a connus ces semaines passées, l’exigence d’un calendrier électoral avait été formulée par la société civile, l’opposition et même la communauté internationale. Ceci vient d’être effectif, la prochaine élection double du pays se tiendra le 27 novembre 2016, soit presque exactement cinq ans après la réélection de Joseph Kabila. L’annonce de ce calendrier a été faite par  la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce jeudi 12 février, en présence de la société civile et des diplomates étrangers.

 

Kabila et son équipe laisse croire qu’il ne briguera pas un troisième mandat.

A l’issue de cette annonce, la question de la candidature de Joseph Kabila qui brigue un deuxième mandat à la tête de l’Etat et qui ne devrait plus aspirer à un troisième mandat, eu égards aux dispositions constitutionnelles, est remontée. Kabila sera-t-il candidat à sa propre succession en 2016 ? Au sujet de sa candidature pour un troisième mandat, un fait contraire à la constitution, le chef d’Etat que Lambert Mende, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement congolais, dit « assailli par cette question », répond toujours : « je respecterai scrupuleusement la constitution ». Mais la parole du chef d’Etat n’a pas souvent suffi à cette population congolaise de plus en plus exigeante vis-à-vis de ses dirigeants peu scrupuleux. D’autres comme Lambert Mende, ont laissé croire que Joseph Kabila quittera la tête de l’Etat à la fin de ce mandat. Au plateau de France 24 le 26 janvier dernier, le ministre de la communication s’était insurgé contre « les adversaires politiques de Joseph Kabila » qui pensent que l’homme ne respectera pas la constitution. Mais en considérant l’arrivée quelque peu mitigée de Joseph Kabila à la tête de l’Etat cet inoubliable 16 janvier 2001, peut-on prendre sa parole pour argent comptant ?

 

Une population congolaise qui ne se laisse plus faire

Ces derniers mois on a noté une forte mobilisation du peuple congolais et sa détermination face à certaines orientations de l’avenir national a été forte. Le retrait de l’alinéa 3 du fameux article 8 de la loi nouvelle loi électorale est aujourd’hui un trophée pour cette population longtemps tenu en respect par ses dirigeants.  Kabila se présentera-t-il aux élections de 2016 dont on vient de donner le calendrier : rien de précis, la seule chose qu’on sait est que cette élection malgré les « contraintes » financières évoquées par la CENI, devra se tenir sous l’impulsion de ce peuple qui semble décidé à faire prévaloir désormais son intérêt. AFPmag.

 

Burundi: la société civile contre un 3e mandat de Nkurunziza.

13 février, 2015

 

A l’approche des élections présidentielles de juin prochain, Pierre Nkurunziza qui finit son deuxième mandat à la tête du pays, est interpellé par la société civile, très opposée à sa candidature pour un troisième mandat.

A l’approche des présidentielles de juin 2015, la société civile burundaise s’active à régler les détails. Le premier détail et peut-être le seul, son chef d’Etat. Pour cette société civile, Pierre Nkurunziza, doit se garder de présenter sa candidature pour un troisième mandat à la tête de l’Etat. Dans une lettre, le collectif « Campagne citoyenne, Non à un troisième mandat », a demandé au chef de l’Etat qui n’a jamais caché son ambition d’être candidat à sa propre succession, de renoncer à cela. Alors que la lettre est restée sans réponse depuis une semaine, Vital Nshimirimana, l’un des leaders du collectif, est passé à la vitesse maximale. L’homme déclare que « Les Burundais sont déterminés à lui faire barrage parce que les Burundais n’ont rien de différent avec les Congolais, les Burkinabè, les Maliens, lorsqu’il s’agit de défendre leurs droits, l’avenir du pays ». Mais si pour Vital Nshimirimana « Il n’est pas encore tard…pour annoncer qu’il renonce officiellement à briguer le 3e mandat », rien n’est sûr quant au fait que le chef de l’Etat cédera à la pression du peuple.

Après les burkinabé qui ont chassé Blaise Compaoré le 31 octobre 2014, les congolais de la RDC qui ont plié les parlementaires et forcé le retrait de l’alinéa 3 de l’article 8 de la nouvelle loi électorale, les burundais vont-ils entonner le chant de cette douce révolution que les peuples mènent finalement en Afrique ? AFPmag. 

 

Bénin: Les soutiens de Boni Yayi parlent déjà du prochain régime.

15 février, 2015

 

L’alliance Forces Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE), en congrès extraordinaire au palais des Congrès de Cotonou ce samedi 14 février 2014, a commencé à se mettre en place pour les municipales d’avril et la présidentielle de l’an prochain. Au cours de cette rencontre, l’ère de Boni Yayi, semblait déjà passée. 

Au Bénin, l’ère Boni Yayi sera bientôt passée. Le congrès de ce samedi, tenu au palais des congrès de Cotonou, tournait autour des prochaines municipales et des présidentielles auxquelles l’actuel chef d’Etat, après deux mandats, ne pourrait aspirer. L’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), qui regroupe une cinquantaine de partis et qui soutient le chef d’Etat, parlait donc de remobiliser les troupes pour le prochain assaut. Au cours du congrès la préoccupation des uns et des autres était que le FCBE reste la principale force politique nationale. « L’alliance doit demeurer la première force politique du Bénin à travers le temps. Il fallait effectivement un sursaut, un nouvel élan. Et ce nouvel élan permettra de poursuivre la construction du Bénin et d’aboutir à l’émergence », déclarait Eugène Azatassou, coordonnateur national de l'alliance. Mais on sait que l’alliance est en train de s’émietter avec les départs de quatre cadres au courant de la semaine dernière. Komi Koutché qui craint que l’alliance soit en train de mourir à l’approche des élections présidentielles, a lancé un appel. Le ministre de l'Economie et président du comité d'organisation déclare : « je voudrais vous inviter à taire vos contradictions. S’il y a un idéal que nous devons poursuivre, c’est comment nous nous mettons ensemble pour être forts ».

Le plus intéressant dans cette nouvelle dynamique béninoise est que Boni Yayi y adhère, puisqu’à l’issue du congrès, les directives prises par les congressistes ont été présentées en sa présence au stade de l’amitié de Cotonou. Ceci est-il la preuve que le Bénin a amorcé définitivement cet élan international ? En tout cas le départ de Boni Yayi à la fin de son deuxième mandat l’année prochaine, pourrait constituer un acte majeur dans ce sens. AFPmag.

 

Burundi: 6 morts dans une menée policière contre des manifestants anti-troisième mandat.

02 juillet, 2015
Un policier tire sur les manifestants anti-troisième mandat dans le quartier de Mutakura, le 2 juin 2015
Un policier tire sur les manifestants anti-troisième mandat dans le quartier de Mutakura, le 2 juin 2015

La fête d’indépendance au Burundi a été célébrée ce 1er juillet avec le chant des kalachnikovs. Dans le quartier périphérique de Mutakura, l’un des fiefs de la contestation contre un troisième mandat, les forces de police qui auraient été informées de l’existence d’une cache d’armes, se sont affrontées pendant des heures à un groupe. Bilan : six morts, dont un père et ses deux enfants dans une maison.

Depuis quelques semaines, les manifestants anti-troisième mandat au Burundi, ont opté pour la lutte armée. Kalachnikovs, grenades, certains sont armés aujourd’hui et n’hésitent pas à affronter les forces gouvernementales acquises à la cause du président Pierre Nkurunziza. Alors que la police avait été informée de l’existence d’une cache d’armes dans le quartier périphérique de Mutakura, elle s’est rendue sur place. Selon ses déclarations, elles auraient été prises d’assaut par les assaillants. Pendant des heures, les échanges de tirs entre forces de police et manifestants, ont obligé le quartier à rester dans les maisons.

Archives

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30