All for Joomla All for Webmasters
 

Liste des pays africains ayant voté contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreux

27 décembre, 2017

Face à la décision inattendue du gouvernement de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël, un vote pour ou contre cette décision a été instruit aux siège des nations Unies à New York. 

Israël: Washington accorde une aide militaire de 38 milliards dollars

14 septembre, 2016

Dix mois après le début des négociations entre Israël et les Etats-Unis, les deux alliés viennent de conclure un accord pour une aide militaire de 38 milliards de dollars sur dix ans. Le texte qui entre en application à partir de 2019 est un record par rapport au précédent texte signé avec l’administration Bush.

Israël: une nouvelle ère commence pour les extrémistes juifs

03 août, 2015

A la suite du décès de l’adolescente poignardée jeudi dernier lors de la Gay Pride de Jérusalem, le gouvernement de l’Etat hébreux prend des mesures rigides contre les extrémistes juifs.

Israël: le Likoud de Netanyahu humilie les pronostics.

18 mars, 2015

 

Dans le cas des législatives israéliennes de ce mardi 17 mars 2015, les sondages pourraient au final se révéler fausses. Puisqu’au soir de l’élection, le Likoud de Benyamin Netanyahu, en peine selon les résultats des sondages, est en tête dans les résultats diffusés dans le site de la commission électorale. Mais les résultats disponibles étant de 70% des voix, il faudra attendre les résultats définitifs ce mercredi pour être définitivement posé sur le vainqueur de cette élection.

Les nouvelles, en cas de victoire confirmée du Likoud, révèleront encore les limites des pronostics. Pronostiqué vaincu, derrière l’Union Sioniste, un parti de centre gauche, le Likoud crée la surprise à la sortie des urnes avec des pronostics qui le mettent au coude à coude avec son adversaire, avant de prendre une sérieuse avance dans les résultats provisoires publiés dans le site de la commission électorale. Mais on en est pas encore au stade d’une victoire puisque les résultats disponibles sont de 70% des voix seulement.

Avec 23,73% des voix, suivi de l’Union sioniste, 19,06% des voix et des arabes israéliens qui pourraient s’imposer à la troisième place avec 13 députés sur les 120 que compte le parlement juif, le Likoud est sensé reprendre les rênes du gouvernement. Benyamin Netanyahu, sur son compte Twitter, a salué précocement cette victoire. Le premier ministre écrit : « Contre toute attente, nous avons obtenu une grande victoire pour le Likoud, une grande victoire pour le camp national emmené par le Likoud, une grande victoire pour le peuple d'Israël ». Il a profité du même fait pour annoncer qu’il avait convié les autres formations politiques pour s’unir à lui en vue de former le gouvernement d’union nationale dans de brefs délais.

De son côté, Yitzhak Herzog, principal adversaire du Premier ministre sortant, en attendant les résultats définitifs, croit toujours qu’il arrivera à créer la surprise, une raison de plus de tabler sur l’avenir.  « J'ai l'intention de faire tous les efforts pour mettre sur pied un véritable gouvernement social en Israël, Un gouvernement bon pour Israël, et qui fasse d'Israël un pays juif et démocratique, épris de paix avec ses voisins. Et c'est pourquoi j'appelle toutes les formations sociales à s'unir dans un gouvernement sous ma direction. Un gouvernement de conciliation sociale véritable pour Israël. », a-t-il lancé. Il n’est pas seul à croire à cette éventualité d’un renversement de dernière minute. Miriam Rosman, la porte parole de l’Union Sioniste y croit fermement. D’ailleurs elle déclare : « Moi je suis confiante, parce que je pense que M. Herzog a de grosses chances d'être le prochain Premier ministre, et qu'il y aura assez de partis pour le rejoindre, et ça sera Herzog. ».

Mais bien que la rue et le peuple semble vouloir encore de Netanyahu, si les résultats définitifs placent le Likoud au coude à coude avec l’Union Sioniste, Reuven Rivlin, président de l’Etat hébreux, pourrait être obligé  de se prononcer sur le prochain premier ministre au cours d’une rencontre avec tous les leaders de toutes les formations politiques. AFPmag.

France : Après les attentats et le défilé, les juifs pensent à quitter le pays.

12 janvier, 2015

Avec les attentats de cette semaine, la population juive qui s’estime visée par les attaques terroristes et lésée par la France mûrit déjà l’idée de quitter la France pour rejoindre d’autres pays où les manifestations ne regardent pas à l’identité des victimes.

Un deuxième mouvement sioniste est possible ces jours. Et si ce mouvement ne se dirige pas vers Sion, il mènera des vagues de français d’origine juive, loin de la France qu’il estime injuste aujourd’hui. L’attaque de l’hyper casher qui a coûté la vie à quatre juifs la semaine dernière est à l’origine de cette décision. Mais on note avant celui-ci, des attaques antisémites comme ceux de Mohamed Merrah. Cette fois se souviennent certains membres de la communauté juive, les manifestations n’avaient pas été aussi impressionnantes qu’hier ; à croire qu’en France on regarde à l’identité des victimes avant de compatir et de manifester.

« S’il y avait seulement eu la prise d’otage à l’Hyper casher vendredi, et pas l’attentat contre Charlie Hebdo mercredi, aurait-on observé un tel sursaut républicain aujourd’hui ? La réponse est non. On l’a bien vu : les Français ne se sont pas autant mobilisés après la mort d’Ilan Halimi ou les attentats de Toulouse perpétrés par Mohamed Merah », dénonce Michel et Martine Zeitoun, un couple de français d’origine juive. Renée Borycki, 79 ans, voit une injustice dans la manifestation qui borne son effort à crier « Charlie » comme si les autres victimes ne comptaient pas.« Aujourd’hui, ça me fait mal au cœur qu’on ne crie que “Charlie”. Je n’ai pas entendu une personne qui a crié “Vincennes”. Pour moi, il y a deux poids deux mesures. On se sent comme si on n’était pas Français à part entière. Le climat est complètement contre les Juifs et les gens ne s’en rendent pas compte », a-t-elle déclaré.

En quelques heures l’idée du mépris du sort des juifs a fait route dans l’esprit de toute la communauté juive de France. Certains parlent aujourd’hui de quitter la France pour rejoindre d’autres pays. Brigitte Lévy, 56 ans regrettant les beaux jours où la France veillait sur tous ses habitants en mère poule s’exclame aujourd’hui :« Je suis Française depuis plusieurs générations, mais je ne sais plus si je reste ou si je m’en vais. En Israël, il y a la guerre, mais on est protégés ». De son côté Viviane Cohen, 60 ans, conseillère à Pôle Emploi n’est retenue aujourd’hui que par son âge avancé. « Je ne connais personne qui n’évoque pas un départ en Israël ou au Canada, ce qui était inconcevable il y a encore quelques années. Moi, ce qui m’arrête, c’est l’âge. C’est dur à 60 ans de refaire sa vie. »

La France commence avec ces attentats, ce défilé historique du 11 janvier 2015, son époque de mutation. Des mutations qui s’opèrent en ce moment même et qui risquent de bouleverser l’ordre rituel des choses dans tout le pays. Certains individus n’ont que des interrogations à formuler sur l’avenir de cette France. Beau rivage pour les défavorisés du monde, que deviendra demain la grande France ? AFPmag.

 

 

Netanyahu : « la création d’un Etat palestinien expose Israël à des attaques »

17 mars, 2015

Pour les sept années à venir, en cas de réélection du premier ministre sortant, la Palestine ne pourra pas devenir un Etat. Dans son discours de fin de campagne, alors que les législatives se tiennent dans le pays ce mardi 17 mars 2015,  Benyamin Netanyahu, a fait le serment d’interdire la naissance de cet Etat qui exposerait Israël à « l’islam radical ».

Simple propos pour s’attirer l’électorat de droite ou vrai programme politique ? On se demande depuis quelques heures les raisons qui sous-tendent la décision de combattre la naissance d’un Etat Palestinien en cas de retour à la primature israélienne de Benyamin Netanyahu. Le premier ministre sortant assure qu’un Etat palestinien exposerait « l’Etat d’Israël à des attaques », se disposant une nouvelle fois à interdire la mise en place d’un véritable Etat palestinien. En tournée ce lundi dans une colonie de Jérusalem-Est, il a même promis de poursuivre la construction des logements sociaux.

Ce propos qui poursuit peut-être le seul but d’appâter les électeurs du foyer juif, un parti tant nationaliste que religieux, a reçu un écho en demi-teinte de la part du peuple palestinien. Tant ils ont entendu ces discours qu’aujourd’hui ils ne sont aucunement surpris. Saeb Erakat, responsable palestinien et acteur de la négociation avec Israël, déclare pour sa part que « Netanyahu a tout fait pour enterrer la solution à deux Etats, ce n'est pas nouveau pour nous, ajoutant par la suite qu’ Il est temps que le monde comprenne que l'impunité n'apportera pas la paix, seule la justice le pourra ».

Mais si ces propos font craindre la survivance des tensions pendant les sept prochaines années, dans cette région moyen-orientale, toutefois, Benyamin Netanyahu, en peine dans les sondages, craint de devoir quitter la primature. Alors que les législatives sont prévues ce mardi, 17 mars 2015, on n’attendra pas longtemps pour savoir le sort de la Palestine pendant le prochain mandat du voisin israélien. AFPmag.