All for Joomla All for Webmasters
 

La Cedeao veut limiter à trois le nombre d’enfants par femme, triste !

27 juillet, 2017

Alors que le continent africain est resté jusqu’à présent lié au principe de liberté des ménages de faire le nombre d’enfants qu’ils veulent, la proposition des parlementaires de la Cedeao de réduire à trois le nombre d’enfants par femme, pourrait changer la donne. Une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron qui décriait la natalité africaine au début du mois de juillet. Triste !

Centrafrique : après les crimes, le bilan

09 mars, 2016

Comme dans toutes les crises à travers le monde, les enfants centrafricains ont payé le lourd tribut dans les affrontements des groupes armées. Un document des Nations Unies fait état du meurtre de 333 enfants et de la mutilation de 589 autres au cours des vagues successives de violences en Centrafrique depuis 2013.

Réfugiés : France Terre d’Asile vise plus de protection des mineurs isolés étrangers, François Hollande invite ses homologues européens à ne pas s’ériger des murs !

30 octobre, 2015

++ Sensible à la défense des réfugiés, l’ONG France Terre d’Asile (FTA) présidé par Alain LE CLEACH a organisé, vendredi 30 octobre 2015 au Sénat français un colloque sur le « mineur non accompagné : étrangers ou enfant ? », rassemblant une centaine de représentants d’entités touchées par la défense des droits de l’homme et la protection de l’enfance.

RCA: de nouvelles accusations de viol et crime touchent la Minusca

12 août, 2015

Décidément les casques bleus sont incapables de s’abtenir à la vue d’une enfant qui passe. Un rapport d’Amnesty international accuse les forces internationales de viol dans le quartier du PK5. L’acte serait survenu les 2 et 3 août derniers, donnant lieu au passage à des altercations qui ont causé la mort d’un casque bleu et de quatre civils. Une dizaine de personnes auraient été blessées au cours de ces affrontements. Plus loin dans ce rapport, les casques bleus sont indexés pour le crime d’un père et de son fils, respectivement âgés de 61 ans et 16 ans.

Kidnapping de masse : le soudan du sud formerait-il des enfants soldats ?

22 février, 2015

Dimanche 15 février, 89 enfants âgés de 13 à 18 ans sont enlevés au Soudan du Sud par un groupe armé non identifié. Alors que l’information vient d’être confirmée ce samedi 21, par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), on table sur l’enrôlement forcé des enfants soldats.

Ils étaient 89 enfants ou plus, âgés de 13 à 18 ans, ils ont été enlevés le dimanche 15 février par un groupe armé inconnu. L’enlèvement de ces enfants est survenu au nord du pays, dans la ville de Wau Shilluk, une ville où près de 100 000 déplacés se sont réfugiés pour fuir les combats. Les enfants étaient en train de réviser en compagnie de leurs enseignants quand des hommes armés ont fait irruption. D’autres enfants ont été arrachés à leur mère au cours du porte à porte qui a suivi ce premier acte d’enlèvement. L’information a été confirmée ce samedi 21 par la branche de l’Unicef présente à Juba, capitale du Soudan du Sud.

L’organisation onusienne dénonce un nouvel enrôlement forcé de jeunes combattants dans les rangs d’un groupe armé.  Le nombre de 89 pourrait donc être largement en deçà du chiffre exact, puisque Doune Porter, le porte-parole de l’UNICEF explique que « Nous avons des rapports qui indiquent qu’il y a plus de jeunes enlevés puisque les soldats sont allés de maison en maison cherchant des jeunes hommes pour les prendre et avoir ainsi plus de soldats. ». Ce nouvel acte d’enlèvement porte le chiffre à 12 000 enfants qui font office de soldats dans les rangs des groupes armés depuis décembre 2013.  Tous ont été enlevés à leurs parents pour un rendez-vous auquel, seul le plus pire des hasards peut convier un enfant. Face à tout cela, on se demande qui mettra à l’abri les 400 000 enfants sud-soudanais qui ne sont plus scolarisés aujourd’hui et qui sont exposés à un enrôlement volontaire dans les rangs de ces étranges combattants. AFPmag.

 

RCA: Cette fois ce sont les casques bleus qui sont soupçonnés d’abus sur des enfants.

26 juin, 2015

Après les 14 militaires français de l’opération Sangaris, ce sont les casques bleus qui font l’objet d’une enquête pour abus sur deux fillettes centrafricaines de treize ans. Selon un rapport interne de l’organisme, les faveurs sexuelles des fillettes auraient été accordées contre de l’argent, de la nourriture ou des téléphones.

De nouvelles têtes pourraient tomber dans l’affaire de viol sur des enfants qui secoue la Centrafrique depuis le début du mois de mai dernier. Après les 14 militaires français de l’opération Sangaris, cette fois ce sont les casques bleus qui sont visés par une enquête. Les hommes de la Minusca auraient échangé des services sexuels de deux fillettes de la rue contre de l’argent, de la nourriture et parfois des téléphones.

Nigeria : nouvelle libération de 160 femmes et enfants de Boko Haram.

01 mai, 2015
Camp de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, libéré par l'armée nigériane.
A l'intérieur d'un des camps de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, au Nigeria, libéré cette semaine par l'armée nigériane.

 

Après les 300 filles et femmes libérées le 28 avril dernier, une nouvelle vague de 160 femmes et enfants y compris vient d’être libérée de Boko Haram.

L’offensive lancée par l’armée nigériane dans les forêts de Sambisa, continue avec ces vagues de libérations. Alors que 300 femmes avaient été libérées mardi 28 avril, une nouvelle libération de 160 femmes et filles vient d’etre annoncée par l’armée nigeriane ce jeudi 30 avril. Hier c’est 160 femmes et enfants que les islamistes retenaient prisonniers dans la forêt qui ont été libéré par les forces armées nigérianes, ce qui porte le nombre de personnes libérées à 460.

Nigeria : L’armée libère 234 autres femmes otages de Boko Haram

03 mai, 2015

Au Nigeria où l’offensive menée contre Boko Haram dans la forêt de Sambisa se poursuit sur des mines disposées çà et là, l’armée a libéré vendredi dernier une nouvelle vague de femmes et filles, un total de 234, ce qui porte le nombre des otages libérées à 694.

A la suite de la nouvelle vague de libération de 234 femmes et filles survenue le vendredi dernier, le nombre des otages que l’armée a repris aux islamistes de Boko Haram en une semaine s’élève à 694. Pourtant l’offensive lancée contre les islamistes il y’ a une dizaine de jours dans l’immense forêt de Sambisa se poursuit.