All for Joomla All for Webmasters
 

Boko Haram : sept ans après le début du terrorisme, l’Etat de Borno subit les conséquences

13 juillet, 2016

Sept ans après le début de l’insurrection du groupe terroriste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, l’Etat de Borno qui a vu quantité de sa population rurale fuir les massacres, est frappé par une crise alimentaire sans précédente. Le coordonnateur humanitaire de l’ONU évoque une « urgence extrême »

Nigeria : Aliko Dangote annonce une aide de 10 millions de dollars pour les victimes de Boko Haram

11 mai, 2016

Le milliardaire nigérian Aliko Dangote vient d’annoncer un investissement de 10 millions de dollars pour soutenir les déplacés et toutes les autres victimes de Boko Haram. Cette annonce fait suite à une visite du PDG de Dangote Cement Group dans un camp de déplacés à Borno, nord-est du Nigeria.

Boko Haram : Le Cameroun neutralise 162 islamistes au Nigeria

16 février, 2016

L’armée camerounaise vient de tuer 162 islamistes de BokoHaram dans une incursion à près de 20 kilomètres du département de la Logone Chari, à l’extrême-nord du Cameroun. Cette victoire fait suite à des combats qui ont duré trois jours, entre le 11 et le 14 février dernier.

Nigeria : le nouveau stratagème de Boko Haram a fait 24 victimes.

07 avril, 2015

 

C’est avec l’apparence des prédicateurs que les islamistes de Boko Haram sont entrés dans un village de l’Etat de Borno, au Nord-Est du Nigeria. Lorsqu’ils ont ouvert le feu sur la foule, rassemblée pour écouter la parole de Dieu, 24 hommes sont tombés et de nombreux blessés.

Dans la peau des diseurs de bonne nouvelle, les islamistes de Boko Haram sont arrivés dans le village de Kwajafa dans l’Etat de Borno, au Nord-Est du Nigeria. Après avoir rassemblé la foule aux abords d’une mosquée, ils ont ouvert le feu, tuant 24 hommes et faisant de nombreux blessés. Simeon Buba, témoin de ce massacre, déclare que « Les gens ignoraient qu'il s'agissait d'hommes de Boko Haram venus pour attaquer, car ils ont menti en assurant être des prédicateurs ». Le témoin parle aussi de maisons incendiées et des cas d’évacuations pour brûlure.

Après les femmes et les enfants kamikazes, c’est un autre stratagème que les islamistes de la secte nigériane, affaiblis considérablement avec la perte de Malam Fatori, l’un des rares bastions qu’ils tenaient encore dans cette région Nord-Est du Nigeria, ont développé. On sait que le mercredi dernier Muhamadu Buhari, le président élu le 31 mai dernier, avait déclaré la guerre à la secte nigériane. Mais cette guerre ne commencera pas avant le 29 mai prochain, date traditionnelle d’investiture au Nigeria. Entre temps Goodluck Jonathan sera encore aux commandes. AFPmag.

Nigeria: Muhammadu Buhari a-t-il pris la bonne décision ?

23 juin, 2015
Le président nigérian Muhammadu Buhari, au milieu des chefs des services de sécurité du pays, le 02 juin 2015 à Abuja, Nigeria.
Le président nigérian Muhammadu Buhari, au milieu des chefs des services de sécurité du pays, le 02 juin 2015 à Abuja, Nigeria.

En décidant de délocaliser le commandement des opérations contre Boko Haram, d’Abuja vers Maiduguri, ville proche du fief islamiste, Muhammadu Buhari voulait lancer un combat perpétuel contre la secte. Chose curieuse, Boko Haram a multiplié depuis lors les exactions dans cette ville de Maiduguri. Un nouvel attentat a secoué la ville ce lundi 22 juin.

Depuis l’arrivée de Muhammadu Buhari au pouvoir l’Etat de Borno est devenue la cible privilégiée des islamistes de Boko Haram. Ce lundi 22 juin, Maiduguri a été visé par un double attentat. Vers 15 heures, heure locale, un marché très fréquenté de la ville a été frappé. Certaines sources évoquent dix morts, d’autres vingt, tandis que l’Etat s’est gardé de communiquer sur ce sujet.

Nigeria : le nouveau stratagème de Boko Haram a fait 24 victimes.

07 avril, 2015

 

C’est avec l’apparence des prédicateurs que les islamistes de Boko Haram sont entrés dans un village de l’Etat de Borno, au Nord-Est du Nigeria. Lorsqu’ils ont ouvert le feu sur la foule, rassemblée pour écouter la parole de Dieu, 24 hommes sont tombés et de nombreux blessés.

Dans la peau des diseurs de bonne nouvelle, les islamistes de Boko Haram sont arrivés dans le village de Kwajafa dans l’Etat de Borno, au Nord-Est du Nigeria. Après avoir rassemblé la foule aux abords d’une mosquée, ils ont ouvert le feu, tuant 24 hommes et faisant de nombreux blessés. Simeon Buba, témoin de ce massacre, déclare que « Les gens ignoraient qu'il s'agissait d'hommes de Boko Haram venus pour attaquer, car ils ont menti en assurant être des prédicateurs ». Le témoin parle aussi de maisons incendiées et des cas d’évacuations pour brûlure.

Après les femmes et les enfants kamikazes, c’est un autre stratagème que les islamistes de la secte nigériane, affaiblis considérablement avec la perte de Malam Fatori, l’un des rares bastions qu’ils tenaient encore dans cette région Nord-Est du Nigeria, ont développé. On sait que le mercredi dernier Muhamadu Buhari, le président élu le 31 mai dernier, avait déclaré la guerre à la secte nigériane. Mais cette guerre ne commencera pas avant le 29 mai prochain, date traditionnelle d’investiture au Nigeria. Entre temps Goodluck Jonathan sera encore aux commandes. AFPmag.

Boko Haram repoussé par les forces armées nigérianes.

26 janvier, 2015

 

Maiduguri qui abritait le samedi 24 janvier 2015 un meeting présidentiel, a été pris pour cible par les islamistes de Boko Haram au matin du dimanche 25 janvier. La secte islamiste, ayant manqué de prendre cette grande ville de l’Etat de Borno, s’est bornée à ajouter à son califat à naître en terre nigériane, la minuscule localité de Monguno.

Simple coïncidence ou acte prémédité ? On ne le saura peut-être jamais, mais à la suite du meeting  de Goodluck Jonathan, le chef d’Etat candidat à sa propre succession et quelques heures avant l’arrivée de John Kerry à Lagos pour parler de la situation qui prévaut dans le nord du pays, Maiduguri dans l’Etat de Borno, au Nord-Est du Nigeria, s’est réveillée sous une pluie de plomb. Les islamistes qui veulent aujourd’hui prendre cette ville d’un million d’habitants, ont attaqué très tôt ce dimanche 25 janvier 2015. Les forces armées Nigérianes, connues pour détaler à l’approche des islamistes, ont combattu cette fois avec la détermination des défenseurs de la nation. Résultat, les islamistes qui avaient attaqué sur deux fronts avec des armes lourdes  ont été repoussés loin de la ville. Signalons toutefois que les islamistes ont pu prendre la petite localité de Monguno, un village par où ils avaient lancé leur attaque, tandis que Njimtilo, le faubourg par où ils avaient tenté d’entrer est sous contrôle des forces armées. 

 

A l’issue de ces attaques, l’armée qui craint un nouvel assaut de Boko Haram, a décrété un couvre-feu sur la ville. On apprend que certains habitants de la ville ont pris la route du sud pour se mettre à l’abri des balles de ces islamistes qui tirent dans tous les sens. Selon les sources médicales, sept personnes ont perdu la vie dans ces affrontements tandis qu’une vingtaine d’individus ont été blessés.

Après cette attaque qui a été repoussée grâce aux bombardements aériens des positions islamistes, l’armée a pris le contrôle de la ville. Depuis lors les hélicoptères survolent le ciel.  Le Nigeria sait pertinemment aujourd’hui que cette ville où le mouvement islamiste est né l’année 2002, ne doit pas tomber entre les mains des islamistes. Mais on continue de se demander aujourd’hui si son entêtement à ne pas se faire assister par les forces Camerounaises et Tchadiennes qui attendent à la frontière ne le perdra pas.  AFPmag.

 

A la veille des présidentielles, Boko Haram plus que jamais acculé par l’armée nigériane.

27 mars, 2015

 

A un jour de l’élection présidentielle au Nigeria, l’armée est plus que jamais déterminée à tenir en respect les islamistes de Boko Haram. Avions de chasse, chars d’assaut, fusils mitrailleuses, tout est bon pour reprendre la ville de Gwoza, tenue par la secte depuis plusieurs mois.

Située à une centaine de kilomètres à l'est de Chibok dans le Sud de l'Etat de Borno, la ville de Gwoza où l’armée nigériane mène une campagne sans relâche contre Boko Haram depuis une semaine, comptait plus de 200 000 habitants avant sa prise par la secte. Depuis une semaine l’armée nigériane mène une offensive d’envergure contre les positions de la secte dans cette ville. Certaines sources avancent que les localités de Limankara et de Pulka dans la périphérie de Gwoza, tenues depuis neuf mois par Boko Haram ont été libérées. Ces informations seraient vraies à en croire les forces armées Camerounaises qui se trouvent à quelques lieues  de cette ville située près de sa base militaire de Kolofata.

Les islamistes de Boko Haram au combat contre l’islam

28 mai, 2015
Mosquée de Kano après l'attentat du vendredi le 28 novembre 2015
Un double attentat-suicide de Boko Haram fit 120 morts et 270 blessés dans la grande mosquée de Kano (photo ci-dessus), au Nigéria, vendredi le 28 novembre 2014 à l'heure de la prière.

 

Si les combattants de Boko Haram se sont toujours cachés derrière une supposée croyance aux principes de l’islam, se faisant même passer pour les islamistes radicaux, dans la vérité il s’agit d’un groupe de bandits qui essayent de s’imposer par la violence.

Paralysé et mourante, la secte Boko Haram trouve toujours la force de poser des actes criminels. Mais une chose ressort toujours, les combattants de la secte qui se veut pourtant islamiste, combattent l’islam.

Archives

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30