All for Joomla All for Webmasters
 

Turquie : Andreï Karlov, l’ambassadeur russe à Ankara abattu dans un attentat

21 décembre, 2016

Les relations russo-turques sont à nouveau touchées après l’assassinat ce 19 décembre de l’ambassadeur russe à Ankara par un membre des forces anti-émeutes selon certaines sources proches du gouvernement turc.

COP22 : une semaine après Marrakech, l’heure est au bilan (Interview)

25 novembre, 2016

Une semaine après la COP 22 de Marrakech, Afrique Progrès Magazine s’est rendu auprès de l’ambassadeur du Cameroun au Royaume du Maroc, S.E.M.   MOUHAMADOU YOUSSIFOU, pour recueillir son avis quant au déroulement du rendez-vous de Marrakech.

Propos recueillis par Onésiphore Nembe

Crise post-électorale: Abdu Razzaq, l’ambassadeur gabonais au Maroc, apporte des précisions pour stopper la désinformation

18 septembre, 2016

Alors que la crise post-électorale gabonaise est en cours de résolution, Abdu Razzaq Kambogo, l’ambassadeur du Gabon au Maroc, a tenu à apporter les précisions, question de mettre un terme à la désinformation. Au cours de sa conférence de presse organisée dans les locaux de la représentation diplomatique à Rabat, ce vendredi 16 septembre, il a été aussi question de la situation actuelle du Gabon.

BURKINA FASO : le général Isaac ZIDA limogé !

17 mars, 2016

+ Nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina FASO auprès des Etats-Unis d’Amérique (USA) en décembre 2015, l’ancien Premier ministre de la Transition vient d’être limogé.

Burkina : Zida plaide pour un poste d’ambassadeur quelque part

11 janvier, 2016

Acteur politique fort depuis le départ de Blaise Compaoré au mois d’octobre 2014, l’ex-colonel Isaac Yacouba Zida, actuel général de division, se cherche dans l’échiquier politique national au terme d’un passage au poste de premier ministre du Faso. Il serait bien partant pour un poste en tant qu’ambassadeur du Faso dans une grande capitale.

Révolution tunisienne : des révélations de l’ancien ambassadeur de France

25 octobre, 2015

++ Un important ouvrage sur la révolution tunisienne vient d’être coédité par L’Harmattan et Pepper, en ce mois d’octobre 2015.

Relations internationales : Paris et Kigali s’enfoncent davantage

01 octobre, 2015

Il y a bel et bien une vacance du poste d'ambassadeur de France au Rwanda. Cela fait cinq mois que Paris a proposé au gouvernement rwandais la nomination de Fred Constant au poste d'ambassadeur à Kigali, et depuis les autorités rwandaises n'ont pas donné suite à cette demande d'agrément. Michel Flesch a donc quitté ses fonctions mercredi 30 septembre sans effectuer de passation de pouvoir.

USA/Corée du Sud : attaque au couteau contre l’ambassadeur américain.

05 mars, 2015

Finalement les américains sont visés partout dans notre monde. A Séoul où on croyait les leaders américains en sécurité, c’est Mark Lippert, ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud, qui a essuyé une attaque au couteau alors qu’il donnait un discours ce jeudi 5 mars. Le diplomate américain ne craint certainement pas pour sa vie après son évacuation rapide à l’hôpital par les forces de sécurité, mais une cicatrice sur sa joue droite risque être pendant quelque temps la marque de son agression.

Son agresseur, un certain Kim Ki-Jong, âgé de 55 ans, n’est pas à son premier coup. En 2010, l’homme de 55 ans avait déjà été condamné pour avoir lancé une pierre à l’ambassadeur du Japon. L’homme est militant et le patron d’un mouvement nationaliste très opposé aux prétentions territoriales de Tokyo sur des îles tenues par la Corée du Sud. L’autre problème qui a certainement motivé cet acte, est dans les manœuvres militaires que les USA et la Corée du sud mènent depuis quelques temps et qui sont selon l’agresseur, de nature à interdire un rapprochement entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Il dénonce d’ailleurs tout ceci dans son blog.

Pour Park Geun-Hye, présidente de la Corée du Sud, cet attaque contre un responsable américain vise à fragiliser  « l'alliance militaire entre la Corée du Sud et les Etats-Unis », tandis que pour Barack Obama, qui a appelé son ambassadeur pour lui souhaiter « prompt rétablissement », c’est tout simplement un « acte de violence » condamnable. AFPmag.

Burundi: l'UE farouchement opposé à un troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

06 mars, 2015

 

A quelques mois des présidentielles, au Burundi où, Pierre Nkurunziza est président depuis 2005, des dispositions commencent à être prises pour éviter qu’il se présente à sa propre succession. Patrick Spirlet, ambassadeur de l’Union Européenne dans le pays, a tenu ce jeudi à rappeler l’intérêt pour ce gouvernement de respecter les textes de lois en vigueur.

Après les Etats-Unis, c’est l’Union Européenne qui semble s’inscrire dans le rôle de gendarme des libertés et de la marche démocratique des Etats. Jeudi dernier, l’ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi a tenu à rappeler au gouvernement burundais que le respect de la constitution s’impose par ce temps où la société connaît de plus en plus d’agitation. Au cours de son allocution, Patrick Spirlet, déclare que « la présentation pour un troisième mandat du président actuel peut créer un certain nombre de tensions et présenter un certain nombre de risques. C’est pour ça que nous avons fait un appel au gouvernement pour qu’il aborde cette question avec beaucoup de prudence en essayant de favoriser une position si ce n’est consensuelle, en tout cas apaisée entre tous les points de vue pour éviter que cette question détériore le climat politique ».

Mais Pierre Nkurunziza qui en est à son deuxième mandat et donc les fidèles justifient un troisième mandat par le fait que le premier n’ait pas été accordé au scrutin universel, n’a jamais caché ses intentions sur sa présentation à sa propre succession. Il y a donc fort à craindre que le chef de l’Etat tente d’aller à l’encontre des termes de l’accord de paix d’Arusha, lesquels disqualifient le chef de l’Etat de la course au fauteuil présidentiel pour un troisième mandat. Pour rappel, la constitution aussi est claire là-dessus. 

Pendant que le régime, en place depuis 2005, résiste à s’appliquer au respect des normes étatiques, la société connaît chaque jour une certaine agitation en vue de l’y contraindre. Certains comme ce brigadier-chef de corps de la prison de Mpimba, ont eu recours aux grosses têtes pour tenter peut-être d’arrêter ce qu’ils s’activent à considérer comme un mandat de trop. Sinon pourquoi a-t-il favorisé cette nuit du dimanche au lundi dernier, l’évasion de Hussein Radjabu, l’ex-compagnon de Pierre Nkurunziza, devenu son plus grand ennemi ? AFPmag.

Contre Boko Haram Idriss Déby est finalement l’ambassadeur.

18 janvier, 2015

Alors que Idriss Déby a lui-même assuré la descente de ses troupes à la frontière avec le Nigeria pour lutter contre Boko Haram, le chef d’Etat Tchadien appelle les pays africains aujourd’hui à se donner la main afin d’éradiquer la menace des islamistes dans cette région du lac Tchad.

Une fois ses troupes postées à la frontière sous son égide, Idriss Déby qu’on allait accuser de je-m’en—foutisme dans le combat contre les islamistes de Boko Haram, s’est aujourd’hui investi dans le rôle d’ambassadeur des pays en guerre contre la secte Nigériane. Le chef d’Etat Tchadien a appelé les pays du CAC, communauté de l’Afrique centrale et tous les pays africains à faire bloc pour effacer la menace islamiste dans cette partie sud du Nigeria.

« Nous ne pouvons pas dire que nous sommes indifférents à ce qui se passe, parce que nous sommes concernés directement et parce que nous estimons que le Cameroun ne doit pas faire face seul à cette nébuleuse. J’ai lancé aussi un appel aux pays de la CAC, (Communauté de l’Afrique centrale, NDLR) et à tous les pays du continent africain afin qu’ils viennent avec nous pour former une large coalition pour faire face à cette nébuleuse Boko Haram et montrer ainsi à la face du monde que l’Afrique est capable de résoudre ses problèmes » a-t-il déclaré.

Donc l’entrée du Tchad en guerre aujourd’hui est en partie liée au souci de montrer au monde que l’Afrique peut régler ses crises sans nul besoin d’une intervention militaire internationale. Avec ce propos il est sûr que des interventions comme celle qui a décousu la Libye et en fait la nouvelle Somalie ne seront plus jamais tolérées en Afrique. La position tchadienne semble pourtant ne pas suffire aux responsables des Nations Unies. Au cours de son voyage au Nigeria le 16 janvier 2015, Leila Zerrougui, sous-secrétaire général de l'ONU demandait une « réponse régionale » mais aussi internationale.  Sauf que dans cette région du monde personne ne veut entendre parler des réponses internationales. Ces réponses ont trahi par  leurs allures de vengeance camorréenne en Libye où elles semblent avoir signé la somalisation d’une nation qui polémiquait simplement avec son dirigeant.

Au Tchad les populations ont salué le départ de leurs 2 000 soldats par un mouvement de soutien.  « Nous, populations de Ndjamena, apportons notre soutien total aux forces de défense et de sécurité, les encourageons à faire preuve de courage et de détermination dans ce nouveau combat pour la paix et la sécurité dans le bassin du lac Tchad, comme elles l’ont démontré dans le septentrion malien ». Tout est en train de se mettre en ordre pour prendre Boko Haram en tenaille. Fasse le ciel que la détermination politique de tous ses leaders régionaux soit dénuée de toute manigance signée occident. AFPmag.