All for Joomla All for Webmasters
 
Jean-Pierre Elong Mbassi, le secrétaire général de Cités et Gouvernements Locaux Unis d'Afrique (CGLUA) Jean-Pierre Elong Mbassi, le secrétaire général de Cités et Gouvernements Locaux Unis d'Afrique (CGLUA)

Le secrétaire général de la CGLUA appelle à la professionnalisation des ressources humaines au niveau des collectivités territoriales africaines Spécial

Réunis ce lundi 6 mars à l’école nationale supérieure d’administration (ENSA), à Rabat, dans le cadre du lancement des activités portant sur le deuxième voyage d’étude de la Florida International University (FIU), Jean-Pierre Elong Mbassi et le professeur Allan Rosenbaum, pour citer seulement ces deux éminents intervenants, ont fait la part belle aux collectivités territoriales. Il ressort de leur propos que des collectivités locales efficaces assurent de facto la productivité de l’Etat, d’où l’intérêt de professionnaliser les ressources humaines africaines.

Au cours de son propos inaugural, Jean Pierre Elong Mbassi a rappelé une citation chérie de son institution, « le développement est local ou n’est pas », un propos qui ramène le développement au niveau des collectivités territoriales. En Afrique où on fait très peu cas de la compétence, ce propos vaut son pesant d’or. La réalité africaine va plus loin, avec une décentralisation de façade. Il faut dire que les entités décentralisées jouissent de modestes pouvoirs ou n’en jouissent tout simplement pas. On observe toutefois certaines démarcations, cas du Rwanda où les compétences au niveau des collectivités assurent une progression quasi spectaculaire du pays.

Le secrétaire général de Cités et gouvernements locaux d’Afrique, qui s’est fait le chantre du développement des compétences au niveau local, a interpellé une nouvelle fois les autorités africaines, à prendre en compte la formation des ressources humaines disponibles dans nos collectivités territoriales. Il a appelé à la professionnalisation du personnel des collectivités, affirmant que « la qualité du développement d’un pays est égale à la qualité des compétences de son personnel ».

« Sans capacités locales vous ne pouvez pas assurer la progression économique nationale ».

Jean Pierre Elong Mbassi, souligne cependant que l’offre de formation adressée aux collectivités territoriales doit être à la hauteur. C’est aussi la vision du professeur Allan Rosenbaum de l’université de Floride. Pour cet éminent universitaire américain, un pays productif est le fait d’une administration efficace. D’après Rosenbaum dans son propos à l’ouverture de ce deuxième voyage d’étude au Maroc, « sans capacité local vous ne pouvez pas assurer la progression économique nationale ».

Présentant le cas des pays du nord, Allan Rosenbaum insiste sur le fait que les gouvernements locaux doivent être le réservoir de certains pouvoirs, à croire qu’une bonne décentralisation assure de facto le bien-être des populations. Le professeur rappelle que 40 à 60% des activités de l’Etat dans les pays développés se passe au niveau des collectivités territoriales. Il est donc indispensable aujourd’hui pour les pays africains d’envisager la professionnalisation des ressources disponibles aux fins de rendre efficace l’ensemble du système. 

 

Pr Allan Rosenbaum, de la Florida International University, United States of America

 

Appelant l’Afrique, aujourd’hui réunie complètement avec le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine, à échanger entre elle, le secrétaire général de Cités et gouvernements locaux d’Afrique espère un renouveau pour les collectivités territoriales africaines mal formées ou pas formée du tout. « À travers les échanges nous pouvons faire un monde meilleur, construire des ponts et détruire les murs » conclut Jean-Pierre Elong Mbassi. Onésiphore NEMBE / Afrique Progrès Magazine

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Laissez un commentaire

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31