All for Joomla All for Webmasters
 
Deux soldats français évacuent le corps d'un manifestant tué aux alentours de l'aéroport de Bangui, le 23 décembre 2013. Deux soldats français évacuent le corps d'un manifestant tué aux alentours de l'aéroport de Bangui, le 23 décembre 2013.

Ouverture d’une enquête contre des soldats de la force Sangaris Spécial

On vient d’apprendre ce lundi l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris contre deux soldats français auteur de violence sur des centrafricains. Les faits remontent à l’année 2014, tout juste quelques mois après l’entrée en scène de la force Sangaris en RCA

Aucune précision quant à la façon que le parquet a procédé pour découvrir les actes de violence reprochés aux soldats français de la force Sangaris, mais des sources judiciaires françaises proches de cette affaire précisent que les deux soldats sont soupçonnés d’avoir commis des violences sur deux centrafricains.

Selon la source, le premier stade dans cette affaire consiste à identifier les victimes. « L'enquête ne fait que commencer » a-t-elle indiqué, ajoutant qu’ « elle va devoir d'abord identifier et retrouver les deux victimes ».

Une affaire comme tant d’autres.

Soupçonnés d’avoir commis des violences en RCA, cinq militaires français de la force Sangaris ont été suspendus début juin. Plus tôt dans l’année ce sont quatre autres militaires français qui ont fait l’objet d’une suspension pour des raisons similaires.

Présent en Centrafrique depuis le premier trimestre 2014, la force Sangaris a été indexée dans de nombreuses affaires. Viols et maintenant, violence, le lot est important. Rappelons toutefois que l’action de cette force a largement contribué à ramener la paix en RCA. Livré à lui-même à la suite du coup d’Etat qui a chassé François Bozizé au pouvoir en mars 2013, l’arrivée des militaires français en Centrafrique a été salutaire. Afrique Progrès Magazine

Laissez un commentaire