All for Joomla All for Webmasters
 

Maroc : la deuxième causerie religieuse rappelle le devoir des musulmans dans le monde Spécial

Présidé par sa majesté le Roi Mohamed VI, que Dieu l’assiste, la deuxième causerie religieuse du mois de ramadan s’est tenue lundi dernier au palais Royal sous le thème "Le devoir des musulmans de faire le bien envers l’univers".

A l’ouverture de la causerie, Omar Farouk Abdallah, chercheur américain et ancien enseignant à l'université du Michigan, a rappelé le verset coranique socle de cet entretien. « Vous êtes la meilleure nation qu’on ait fait surgir pour les Hommes » a souligné le conférencier, un propos visant à mettre l’ensemble des musulmans du monde face à leur responsabilité de guider le monde dans les voies de la justice et du progrès.

Bien que les frasques à travers le monde de quelques musulmans soient notables, Omar Farouk Abdallah est revenu largement sur les principales actions posées au fil du temps par les musulmans, soulignant entre autres la contribution de ces derniers dans le développement de l’industrie du papier et par conséquent de la connaissance.

Farouk Abdallah explique que durant les XIIIe et XIVe siècles, les musulmans ont contribué, ensemble avec l’empire du milieu, à la mise en place d’un ordre économique mondial efficace. C’est d’ailleurs sur ce nouvel ordre économique que s’est organisé les marchés mondiaux depuis l’Extrême-Orient jusqu’en Occident, en passant par l’Andalousie, territoire marocain autrefois.

Les actes observés aujourd’hui de musulmans déterminer à en découdre avec les « infidèles » sont liés à la colonisation selon le conférencier et seraient liés quelque part au désespoir née avec cette nouvelle civilisation. Mais pour Omar Farouk, le désespoir est légalement refusé. Les musulmans doivent continuer à croire à la sagesse immense d’Allah et à sa grande clémence.

De nombreuses personnalités présentes

De nombreuses personnalités du monde musulman étaient présentes à cette causerie. Outre le prince Moulay Rachid et le prince Moulay Ismail, Cheikh Mokhtar Jomoa, ministre des Habous de la République arabe d’Egypte, Mohamed Khalil, ministre tunisien des Affaires religieuses, RafiâBenachour, professeur à l’Université de Carthage (Tunisie), Abdessalam Al-Abbadi, vice-président de l'Académie internationale du Fiqh islamique (Jordanie), Cheikh Salim Alouan El Hassani, secrétaire général de Dar Al Fatwa en Australie, Ammar JamaiTalbi, vice-président de l’association des oulémas musulmans algériens, Cheikh OsmanuNuhuSharubutu, grand Imam et moufti de la République du Ghana, ou le professeur Taleb Akhyar Ben Cheikh Mamina Al Cheikh Maa Al Ainine, membre du Conseil supérieur de la Fatwa et des doléances de Mauritanie, pour ne citer que ceux-là. Afrique Progrès Magazine

Laissez un commentaire