All for Joomla All for Webmasters
 
Détenus de la prison de Guantanamo Détenus de la prison de Guantanamo

L’Afrique en danger avec les anciens détenus de Guantanamo dans ses prisons ? Spécial

Le 3 avril dernier le Sénégal a accueilli deux détenus libyens de la prison de Guantanamo en cours démantèlement, ce qui porte le nombre d’ex-détenus de la prison américaine de Cuba sur le continent à 59 et remet en question la sécurité de l’ensemble du continent.

L’Afrique serait-elle en danger avec les détenus de Guantanamo dans ses prisons ? La question se pose alors que 13 pays du continent ont accueilli quelques 59 détenus de la prison américaine de Cuba. Depuis 2003 ce sont plusieurs ex-pensionnaires de Guantanamo en cours de démantèlement qui ont rejoint le Maroc, le Soudan et l’Algérie, leur pays d’origine. Compte tenu de l’appartenance nationale des ex-détenus leurs pays avaient l’obligation de les accueillir.

Ce n’est pourtant pas le cas de certains pays comme le Sénégal où deux anciens détenus de Guantanamo, ont aménagé dans les locaux d’un pénitencier le 3 avril dernier. Il s’agit de Salem Abdul Salem Ghereby, un libyen de 55 ans instituteur marié à une pakistanaise t détenu depuis le 5 mai 2002, et Omar Khalif Mohammed Abu Baker Mahjour Umar, libyen âgé d’environ 44 ans. Les deux hommes auraient été blanchis mais restent néanmoins détenus.

« Des détenus qui ont été déjà blanchis »

Depuis leur arrivée sur le sol sénégalais, Me Sidiki Kaba, ancien président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), est monté au créneau pour soutenir l’initiative du président Macky Sall. « Au niveau du Sénégal, l’importance pour nous, c’est de faire en sorte que cette prison de Guantanamo puisse être fermée. Parce qu’il y avait de grandes violations des droits humains » affirme l’avocat qui ajoute d’ailleurs que « Ce sont des détenus qui ont été déjà blanchis. Parce que beaucoup de personnes avaient été arrêtées et n’avaient rien fait ». L’idée reste toutefois absurde compte tenu du fait que la détention se poursuit aujourd’hui encore.

Un ex-détenu de Guantanamo remis en liberté

Mais aussi absurde que cet argument peut paraître, la vérité n’en est pas loin puisque selon le New York Times dans un article publié mi-2014, Abdullah Tabarak, Marocain soupçonné d’avoir favorisé la fuite d’Oussama Ben Laden en octobre 2001 et évacué au Royaume du Maroc courant 2003, a été remis en liberté par les autorités du Royaume.

De son côté le Ghana a ouvert les portes de ses pénitenciers à deux yéménites en janvier dernier tandis que le Cap-Vert a accueilli un syrien. A en croire Me Sidiki ces détenus sont gardés pour des « mesures humanitaires ». Afrique Progrès Magazine

Laissez un commentaire

Archives

« Septembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30