All for Joomla All for Webmasters
 
Le siège de la MINURSO à Laâyoune Le siège de la MINURSO à Laâyoune

Maroc/ONU : vers une rupture des relations ? Spécial

Après la marche de plusieurs milliers de marocains à Rabat le 13 mars dernier, les autorités ont demandé la fermeture du bureau de liaison militaire de la Minurso et procédé à l’expulsion de 70 personnes appartenant à cette mission. La plupart des expulsés sont des spécialistes sans qui la mission ne pourra bientôt plus poursuivre son mandat.

Farhan Haq a indiqué ce lundi 21 mars que « la Minurso a reçu une demande de fermeture de son bureau de liaison militaire à Dakhla ». Cette demande arrive moins de deux jours après le départ, à la demande des autorités marocaines, de 70 personnes de différents statuts dépendant de l’ONU et de trois civils dépendant de l’Union africaine. Parmi eux, six spécialistes du déminage de la mission et deux sous-traitants. Rappelons que ce sont 81 personnes qui étaient visées par cette mesure d’expulsion. Mais onze des personnes concernées avaient quitté la mission avant le 20 mars dernier.


Farhan Haq craint une escalade de la tension


MINURSO à Laâyoune
Le siège de la MINURSO à Laâyoune

Désormais seuls 27 civils et les militaires restent sur place. Pourtant en l’absence des experts expulsés, explique Farhan Haq, la mission ne pourra bientôt plus remplir dûment son mandat ce qui expose la région à « une escalade de la tension » souligne le porte-parole de l’ONU.

Compte tenu de tout ceci, Farhan Haq, porte-parole de l’ONU, espère qu’« un soutien fort et uni » du conseil de sécurité amènera Rabat à revoir sa position. Mais c’est sans compter la détermination réaffirmée du peuple marocain à faire son possible pour que le Sahara marocain reste marocain.

Le Maroc opposé à une ingérence de l’ONU dans ses affaires nationales

In fine, la lutte est lancée depuis les propos du secrétaire général des nations unies entre le 5 et le 7 mars dernier lors de sa visite en Algérie et dans la région du Sahara. Ban Ki-moon avait alors évoqué le fait que le Sahara soit l’objet d’une « occupation » depuis 1978 et appelé le monde à travailler pour une solution rapide en vue de restaurer la vie des milliers de personnes qui vivent dans cinq camps depuis 35 ans au moins. Depuis lors entre les autorités du Royaume qui exige des nations unies un respect strict de la non-ingérence dans les affaires d’un Etat, ont multiplié les actions pour faire entendre leur position au sujet du Sahara. Afrique Progrès Magazine

Laissez un commentaire

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31