All for Joomla All for Webmasters
 

Centrafrique : après les crimes, le bilan Spécial

Comme dans toutes les crises à travers le monde, les enfants centrafricains ont payé le lourd tribut dans les affrontements des groupes armées. Un document des Nations Unies fait état du meurtre de 333 enfants et de la mutilation de 589 autres au cours des vagues successives de violences en Centrafrique depuis 2013.

Publié ce lundi 7 mars, un rapport des Nations Unies apporte des précisions au sujet des enfants centrafricains tués dans les vagues de violence qui ont secoué le pays depuis durant les premières années de la crise. Selon Leila Zerrougui, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, « En 2013 et 2014, au plus fort de la crise, les enfants ont été victimes de violations extrêmement graves commises dans un climat d’impunité totale ».

Des enfants victimes et acteurs du crime

Le rapport précise que ces enfants « ont été tués ou blessés à la machette, par armes à feu et d’autres types d’armes, parfois de manière extrêmement brutale. Lors d’incidents particulièrement horribles documentés dans le rapport, des enfants ont été décapités ».Mais la plupart de ces « enfants ont été utilisés comme combattants, esclaves sexuels, pour effectuer des pillages et dans divers rôles de soutien ». Le rapport explique « Durant les pics de violence, ils ont été vus en grand nombre, associés aux groupes armés, et souvent utilisés pour ériger des barricades et garder des barrages routiers ».

Ce n’est pas tout, puisque l’enrôlement des enfants dans les rangs des milices, a quant à lui fait 6 000 à 10 000 enfants soldats. Ces chiffres avaient été communiqués plutôt en 2014 dans un rapport de l’Unicef et pourrait donc être plus importants compte tenu du fait que l’année 2015 passée aucun détail quant à ces enrôlement n’est mentionné.

200 personnes enlevées depuis janvier 2016

La publication d’un rapport la semaine dernière par deux ONG américaines faisait état d’enlèvement de plus de 200 personnes depuis le début de cette année 2016, soit 2,5 personnes enlevées tous les jours. Mais là les responsables sont bel et bien cités, il s’agit de l’armée de résistance du seigneur (LRA). Organisation terroriste selon Washington, d’origine ougandaise, la LRA qui jusque-là était basée en République démocratique du Congo, agit depuis sur le sol centrafricain. C’est donc une mission pour Faustin Touadera, le nouveau chef d’Etat du pays, d’éradiquer ce mouvement du sol centrafricain. AFPmag

Laissez un commentaire

Archives

« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31