All for Joomla All for Webmasters
 
Des Pakistanaises demandent la libération du leader chiite Ibrahim Zakzaky lors d'une manifestation à Lahore, le 18 décembre 2015. Des Pakistanaises demandent la libération du leader chiite Ibrahim Zakzaky lors d'une manifestation à Lahore, le 18 décembre 2015.

L'Iran somme le Nigéria de libérer un chef religieux chiite accusé d’avoir attenté à la vie du chef de l’armée Spécial

Interpellé depuis le 14 décembre dernier, Ibrahim Zakzaky, chef religieux chiite est redemandé par l’Iran. La république islamique chiite accentue la pression sur le Nigeria au lendemain de l’exécution par l’Arabie Saoudite d’un autre haut dignitaire chiite, Nimr al-Nimr.

Quelques jours après l’exécution par les autorités saoudiennes de Nimr al-Nimr, haut dignitaire chiite, la république islamique iranienne qui craint l’exécution d’un autre dignitaire chiite réagit. Le ministère des affaires étrangères iranien accentue la pression sur le Nigeria pour la libération d’Ibrahim Zakzaky. Arrêté à Zaria dans le nord du Nigéria (Etat de Kaduna) le 14 décembre 2015 à l’issue de deux jours d’affrontements qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes selon Human Right Watch. Le dignitaire chiite, chef du mouvement islamique du Nigéria est accusé par Abuja d’avoir tenté d’éliminer le chef de l’armée nigériane.

Depuis les premières heures de son emprisonnement, l’Iran s’était insurgée contre le Nigeria, utilisant tous les canaux diplomatiques pour demander sa libération, un soutien que Ibrahim Musa a salué fortement. Selon le porte-parole du mouvement islamique du Nigéria, « l’Iran est reconnu pour son soutien aux gens oppressés globalement. Nous espérons que le président nigérian Muhammadu Buhari entende ce que l’Iran a à lui dire sur la répression contre le Mouvement islamique du Nigeria ». Sauf que le gouvernement de Muhammadu Buhari, déterminé à déraciner le terrorisme, ne plie pas devant les appels de Téhéran.

Tandis que le ministère des affaires étrangères iranien a invité une nouvelle fois les autorités d’Abuja à agir avec sagesse, les craintes d’un regain des tensions relativement au soutien que Téhéran peut apporter à l’organisation nigériane sont importantes. AFPmag

Laissez un commentaire