All for Joomla All for Webmasters
 

COP21: décision de remettre en état 100 millions d’hectares de forêts d’ici 2030 Spécial

C’est une initiative louable qui vient d’être prise ce dimanche à Paris. Les représentants de plus de 150 pays du globe viennent de décider de la remise en Etat d’ici 2030, de près de 100 millions d’hectares de forêts et de terres agricoles, une ambition tant importante qu’utile selon de nombreuses personnalités africaines.

En marge de la conférence sur le climat qui se tient à Paris, l’initiative de remettre en état 100 millions d’hectares de forêts et terres agricoles devenues improductives en Afrique vient d’être prise ce dimanche 6 décembre. Pour Wanjira Mathai, présidente de l’organisation Green Belt Movement, un organisme qui travaille dans des projets de reforestation sur le continent africain, « L’échelle de ces engagements pour restaurer des terres est sans précédent ».

Les objectifs affichés, quoique fortement ambitieux du point de vue de l’étendue visée aujourd’hui par les participants à cette rencontre mondiale, reste possible pour Ibrahim Assane Mayaki. Selon l’ancien premier ministre du Niger, la remise en état des forêts et terres marche en Afrique, et cela « nous l’avons vu au Malawi, en Ethiopie et au Mali ».

Cette dynamique devrait permettre au secteur agricole africain de prendre un nouveau départ, d’après le communiqué publié par le ministre rwandais des Ressources naturelles. Selon le texte de Vincent Biruta, « La remise en état des paysages forestiers augmente la productivité agricole et permet aux paysans de diversifier leurs sources de revenus ». Le ministre conclut par le fait que « Ce n’est pas seulement une stratégie environnementale, c’est une stratégie de développement social et économique » qui se met en place désormais. La banque mondiale devrait donc débourser dans les jours qui viennent un minimum de 496 millions de dollars d’investissements de la part du secteur privé, pour soutenir cet élan sans précèdent.

Des engagements à tous les niveaux

L’Union Africaine de son côté a pris les rênes de ce projet. Le ministère allemand de la coopération et le World Resources Institute de Washington se sont aussi engagés pour la réussite de la « African forest landscape restoration initiative », selon le nom donné à ce programme.

Dix pays africains, l’Ethiopie, la République démocratique du Congo, le Kenya, le Niger, l’Ouganda, le Burundi, le Rwanda, le Liberia, Madagascar, le Malawi, et le Togo se sont engagés quant à eux, à procéder à des actions de reforestation d’un minimum de 30 millions d’hectares, tandis que 13 autres pays du continent incluront désormais dans leur programme, la protection et la restauration des forêts. Pour ces derniers, il s’agira d’ailleurs de réaliser leurs objectifs nationaux grâce à cette protection et à la restauration des forêts. AFPmag

Laissez un commentaire