All for Joomla All for Webmasters
 
Un membre des forces spéciales marocaines devant le Bureau central des investigations judiciaires à Rabat. Un membre des forces spéciales marocaines devant le Bureau central des investigations judiciaires à Rabat.

Maroc : nouveau démantèlement d’une cellule liée à l’État islamique Spécial

Allié inconditionnel de Paris dans la lutte contre le terrorisme, la Maroc n’est pas moins exposé, et cela même si les islamistes n’y parviennent pas toujours à leurs fins. D’après une annonce faite par le ministère de l’intérieur ce jeudi 26 novembre, une filière terroriste de l’Etat islamique vient d’être démantelée dans le pays. Les terroristes potentiels, trois individus, étaient en relation avec le groupe Etat Islamique et s’apprêtaient à frapper le pays.

Deux hommes, une femme, voici les trois personnes que le Maroc vient d’arrêter dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les trois individus formaient une cellule active liée au groupe Etat Islamique. Selon les précisions du ministère de l’intérieur, le groupe évoluait à Fès dans le centre du pays, à Casablanca dans l’ouest et à Ouled Taima au sud. Cette dispersion des éléments sur le territoire national visait-il finalement à frapper le pays sur trois flancs à la fois et donner l’impression d’un pays transpercé par les terroristes ? La question se pose alors qu’on pourrait penser aussi à une dispersion voulue pour éviter les soupçons et se faufiler mieux en attendant l’heure d’entrer en action.

De toute façon l’enquête révèle que les trois personnes suivaient des instructions émanant directement du groupe Etat Islamique, sans toutefois préciser comment le réseau était tissé. Deux semaines après les attentats de Paris, Rabat a déjà procédé à trois arrestations de personnes liées à la mouvance jihadiste sunnite. Pour cette seule année 2015, le pays en est à une cinquième vague de démantèlement pour le moins.

Rabat se positionne dans le renseignement et la lutte contre le terrorisme

Acteur majeur dans l’arrestation de plusieurs candidats au jihad, le Maroc est en passe de devenir le centre du renseignement contre le terrorisme, après les informations ayant permis de neutraliser Abdelhamid Abaaoud, auteur présumé des attentats de Paris du 13 novembre dernier. Depuis lors le royaume a été interpellé par l’Etat Belge, où la menace est forte depuis quelques jours. Bruxelles appelle Rabat désormais pour « une collaboration étroite et poussée en matière de renseignements et de sécurité ». AFPmag

Laissez un commentaire