All for Joomla All for Webmasters
 
Les burundais sanctionnés par les Etats-Unis d'Amérique. De gauche à droite, en haut: Alain-Guillaume Bunyoni, Godefroid Niyombare. En bas: Godefroid Bizimana, Cyrille Ndayirukiye. Les burundais sanctionnés par les Etats-Unis d'Amérique. De gauche à droite, en haut: Alain-Guillaume Bunyoni, Godefroid Niyombare. En bas: Godefroid Bizimana, Cyrille Ndayirukiye.

Burundi : Barack Obama sanctionne quatre hauts responsables Spécial

Après l’union européenne en octobre dernier, c’est au tour de Barack Obama, de prendre des sanctions contre des personnalités burundaises. Selon un communiqué de la Maison Blanche publié ce lundi 23 novembre, l’Amérique condamne quatre responsables gouvernementaux dont les discours incendiaires ont œuvré à créer une psychose au sein du peuple burundais.

D’après l’annonce faite par la Maison Blanche ce lundi 23 novembre, les sanctions prises contre quatre personnalités burundaises « ne visent pas le peuple burundais mais des individus au sein du gouvernement qui contribuent aux troubles, affaiblissent les institutions démocratiques et se rendent coupables d’atteintes aux droits de l’homme »

Cette déclaration qui semble confirmer le caractère démocratique des institutions burundaises, issues d’une élection fortement critiquée, intervient un mois après des sanctions prises au niveau européen. Pour l’Amérique qui dénonce une situation sécuritaire instable avec des assassinats ciblés de personnalités politiques, de violences perpétrées par des milices affiliées au parti au pouvoir, les imboranekure probablement, cette situation est intolérable.

Quelques noms de personnalités comme Godefroid Bizimana, directeur général adjoint de la police nationale, cité dans la liste rouge de l’Union européenne, reviennent sur la liste des Etats-Unis. Mais d’autres comme le ministre de la sécurité publique, véritable numéro deux du régime burundais, Alain-Guillaume Bunyoni, Godefroid Niyombare, ancien chef du service de renseignements et ex-chef d’état-major de l’armée , ou Cyrille Ndayirukiye, ex-ministre de la Défense et co-auteur du coup d’Etat, sont visés par les mesures américaines.

Mais en condamnant Godefroid Niyombare, auteur du coup d’Etat du 13 mai dernier et son acolyte Cyrille Ndayirukiye, co-auteur de ce coup foireux, l’Amérique ne vient-il pas de se prononcer contre la prise de pouvoir par la force, et cela même dans des cas de confiscation avérée de pouvoir par un tiers, à l’instar de Pierre Nkurunziza ? AFPmag

Laissez un commentaire