All for Joomla All for Webmasters
 
Melissa FLEMING, porte parole du HCR Melissa FLEMING, porte parole du HCR

Attentats de Paris : « les réfugiés ne doivent pas être les boucs émissaires » plaide le HCR. Spécial

+++ La situation des réfugiés alimente les débats après les attentats de Paris du 13 novembre 2015. La porte parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), Mme Melissa FLEMING a tenu au Palais des Nations à GENEVE une conférence de presse, le 17 novembre 2015.

En France, des voix s’élèvent pour un suivi strict de la situation des réfugiés, sous prétexte que quelques-uns d’entre eux profitaient de leur statut pour contribuer à des actes de terrorisme. Aux Etats-Unis, 24 gouverneurs républicains et une gouverneure démocrate annoncent ne plus vouloir accueillir des réfugiés syriens ; alors que le président Barack OBAMA met en garde entre faire de l’amalgame entre « réfugiés » et « terrorisme ».

Le HCR, lors de cette conférence de presse, appelle l’Union Européenne à ne pas faire des réfugiés des boucs émissaires des attentats terroristes. « L'immense majorité des personnes qui viennent en Europe fuient des persécutions ou les effets mortels de conflits (…) Beaucoup fuient l'extrémisme et le terrorisme, pratiqués par le même type d'individus que ceux qui étaient liés aux attentats de Paris » précise Melissa FLEMING. Elle n’a pas caché en terme clair l’étonnement du HCR devant le comportement de certains pays qui semblent vouloir mettre fin aux programmes d’examen des demandes d’asile et de la relocalisation des demandeurs : « nous sommes profondément troublés par certaines déclarations qui diabolisent les réfugiés en tant que groupe. Cela est dangereux car cela contribuera à la xénophobie et à la peur (…) Les réfugiés ne doivent pas être transformés en boucs émissaires et devenir les victimes secondaires de ces événements tragiques ».

Pour le HCR, assurer la sécurité des sociétés et l’intégrité du système d’octroi de l’asile en Europe, sont deux objectifs qui ne sont pas incompatibles et essentiels à la préservation des valeurs fondamentales de l’Europe, et de dire : « l’asile et le terrorisme ne sont pas compatibles. La Convention de 1951 relative au statut des réfugiés l'énonce précisément et exclut explicitement de son champ d'application les personnes ayant commis des crimes graves »

James RAMAROSAONA
(Pour Afrique Progrès Mag., Paris 19/11/2015)

James RAMAROSAONA

Journaliste Indépendant Spécialiste de l'Afrique
Ancien Président de l'Ordre des Journalistes de Madagascar
jramarosaona@hotmail.com
FRANCE

Laissez un commentaire

Archives

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31