All for Joomla All for Webmasters
 
Le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, au sommet du G7, le 8 juin 2015. Le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, au sommet du G7, le 8 juin 2015.

Boko Haram : Bilan de 100 jours à la tête du Nigeria de Muhammadu Buhari Spécial

  • 08 septembre, 2015
  • Écrit par 
  • Publié dans INTERNATIONAL
  • Lu 1855 fois
  • Évaluer cet élément
    (1 Vote)

A l’arrivée de Muhammadu Buhari à la présidence de la république du Nigeria le 29 mai dernier, l’espoir de voir disparaître Boko Haram quelques semaines plus tard était fort. Dans la foulée le nouveau chef d’Etat assurait le mercredi 1er avril 2015, soit 24 heures après son élection qu’il allait « débarrasser la nation de la terreur » le plus vite possible. 100 jours plus tard, qu’en est-il de Boko Haram ?

Trois jours après son arrivée au pouvoir, Muhammadu Buhari était en voyage au Tchad et au Niger, deux pays engagés dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram depuis le début de cette année 2015. La tournée qui visait à renforcer les liens, à impulser une nouvelle dynamique dans les relations avec les voisins et à préparer le terrain pour un assaut final contre Boko Haram, avait réussi à refroidir les relations entre les différents pays participants à cette guerre. En cause, le Cameroun, principale nation engagée dans la lutte contre la secte islamiste n’a pas été concernée par le voyage de Buhari.

Cette première fausse note de Muhammadu Buhari a forcé le gouvernement Camerounais à se rétracter, refusant même de répondre présent aux rendez-vous visant mise en place d’une stratégie de lutte contre Boko Haram. Il a fallu la visite du président nigérian à Yaoundé le 29 juillet dernier, pour voir se remettre en place une véritable dynamique régionale dans ce sens.

Un voyage à vide aux Etats-unis

Parmi les actions menées par le nouveau chef d’Etat nigérian, un voyage aux Etats-Unis. Alors que le Nigeria a perdu un arsenal militaire important dans les prises de certains de ces camps militaires par les islamistes de Boko Haram, Buhari voulait doter l’armée d’un matériel militaire de pointe avant l’assaut final. Au cours de son voyage aux Etats-Unis entre le 20 et le 23 juillet dernier, le président nigérian s’est vu refuser une livraison d’armes américaines. Le Nigeria serait sous embargo militaire à cause des bavures de l’armée sur les champs de bataille.

Mobilisation de 100 millions de dollars dans la lutte contre Boko Haram

Depuis lors, Buhari qui a repris la main sur le plan régional dans le combat contre Boko Haram, a annoncé à ses homologues au cours d’un sommet tenu à Abuja le 11 juin passé, la mobilisation de 100 millions de dollars par son pays pour la lutte contre Boko Haram. Quelques semaines plus tard, nouvelle déclaration forte du président Buhari aux forces armées nigérianes. « Vous devez rassembler vos forces et continuer à faire équipe avec les autres parties prenantes [pays voisins] pour mettre en place un effort commun bien coordonné qui permettra la fin souhaitée de ces insurrections d’ici trois mois », déclarait-il aux nouveaux chefs militaires le 13 août dernier.

La force multinationale poursuit sa mise en place

Assurément les choses ont été mises en place sur le plan national, avec le déplacement dès les premiers jours du mandat de Buhari de l’Etat-major d’Abuja à Maiduguri. Récemment l’armée nigériane annonçait via un communiqué la reprise de la ville stratégique de Gamboru, une victoire assez importante pour cette force armée accusée de mollesse depuis des années. Sur le plan régional, des efforts ont été faits à tous les niveaux, avec la mise en place de l’Etat-major de la force multinationale à N’Djamena, un bureau qui a coûté 30 millions de dollars.

Depuis quelques jours les forces armées nigérianes ont commencé leur déploiement à Gamboru et à Fotokol, où une réunion des hauts gradés camerounais, tchadiens et nigérians s’est tenue le 3 septembre passé. 8 700 hommes sont attendus dans le cadre de ce combat définitif contre Boko Haram. Bien que Boko Haram soit encore actif, avec des attentats ça et là à travers le Nigeria, au Tchad et au Cameroun, la volonté affichée par Buhari, dans la lutte contre les islamistes, est de peu au dessus de celle de son prédécesseur, Goodluck Jonathan. AFPmag

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30