All for Joomla All for Webmasters
 

La dynamique de mise en place des infrastructures structurantes se poursuit en Afrique. Avec moins d’enthousiasme en 2015 par rapport à l’année 2016. C’est ce qui ressort de l’étude faite par Laurence Van Prooijen, la Directrice Partenariat Public-Privé au Cabinet Deloitte, et qui s’intitule, « le paysage changeant des infrastructures en Afrique »

Près de cinquante ans après la création du Centre National de Développement des Energies Renouvelables (CDER), l’Algérie se lance dans un impressionnant programme de développement de la filière des énergies renouvelables. Alger entend construire des infrastructures énergétiques solaire et éolienne d’une capacité de 22 000 MW d’ici 2030.

L’ouvrage censé faciliter les échanges et fluidifier le trafic sur la nationale numéro 3 affiche un taux de réalisation de 70% pour la première phase.

Le potentiel énergétique en Afrique de l'ouest repose non seulement sur le pétrole, mais aussi sur l’hydraulique et le solaire.

Malgré l’augmentation de sa capacité de production, la Société nationale ne parvient pas à satisfaire la forte demande.