All for Joomla All for Webmasters
 

Mali: Place de l’or dans l’économie

22 mars, 2018

Il ne fait aucun doute que l’or est dans l’assiette des exportations maliennes ce que le pétrole est pour le Gabon. Ce pays d’Afrique de l’ouest, situé dans la bande sahélienne, à l’intérieur du continent, dépend de ses recettes aurifères pour financer son budget.

Le Ghana sur la voie de la croissance

13 mars, 2018

Le Ghana renoue avec une croissance forte sur fond d’augmentation des exportations de pétrole et d’or.

Le Ghana sur la voie de la croissance

09 février, 2018

 

Le Ghana renoue avec une croissance forte sur fond d’augmentation des exportations de pétrole et d’or.

 

Sopamin valorise le patrimoine minier du Niger

11 juillet, 2017

Uranium, pétrole, or, phosphates, charbon, cuivre, fer, le sous-sol nigérien regorge de richesses minières dont seulement une partie est exploitée.

RDC: Ban Ki-Moon recommande le retrait de 2 000 casques bleus.

07 janvier, 2015

Alors que les forces de l’ONU présentes au Congo RDC ont lancé le 5 janvier dernier un assaut contre les rebelles qui minent depuis toujours la région Est du pays, Ban ki-Moon, a recommandé ce mardi 6 janvier le retrait dare dare de 2 000 casques bleus.

C’est une recommandation plutôt étrange que le secrétaire général des nations unies vient de donner ce mardi 6 décembre 2015. Deux jours après le lancement de l’assaut par les forces armées congolaises et les forces onusiennes de la Monusco, contre les rebelles du FNL et du FDLR, Ban ki-Moon, recommande la réduction de 2 000 casques bleus. Cette réduction des effectifs de 10% aurait été demandée en avril 2014, mais tout ce temps passé, le secrétaire général n’avait pas estimé nécessaire de réduire les troupes. A ce qu’il parait, c’est toute la stratégie de sortie des forces onusiennes du Congo RDC qui est en étude. On souligne qu’entre décembre 2013 et août 2014, la Monusco a redéployé toutes ses troupes à l’est du pays, en vue de mettre un terme à la menace des groupes rebelles dans cette région du pays.

 

L’idée de réduire les troupes fait donc suite à toute une stratégie mise en place progressivement. Une raison a été évoquée pour justifier ce départ de 2 000 hommes : les contraintes budgétaires. L’ONU dépenserait pour ses 22 000 hommes de la RDC, un milliard et demi de dollars par an. Et cette somme, elle ne supporterait plus de la dépenser, même pour sauver ces vies exposées à l’Est du Congo. On rappelle que plus de quarante groupes armés sont encore présents dans l’Est du Congo, et que la victoire il y a un an sur le M23 est loin d’avoir éteint la flamme de la discorde.

 

Les partis d’opposition et la société civile ont réagi dès l’annonce de cette nouvelle. Ils pensent tous que la situation sécuritaire s’est considérablement dégradée ces trois derniers mois, et que le moment est mal choisi pour un retrait des troupes de la Monusco.  Pour certains, le désarmement de tous les groupes armés qui existent dans cette région devait avoir lieu avant le retrait de la Monusco de la RDC. Hélas pour ces congolais, la recommandation a été faite et il faudra bien s’y faire. AFPmag.