All for Joomla All for Webmasters
 

Ethiopie-Djibouti : Les travaux d’infrastructures évalués à 15 milliards $

11 avril, 2018

Dans une récente déclaration, le porte-parole du ministre des affaires étrangères éthiopien, Meles Alem, a laissé entendre que les travaux pour les infrastructures entre son pays et le voisin djiboutien, sont estimés à 15 milliards $ ; de quoi penser que les relations entre les deux pays sont au beau fixe.

La Chine gagne un marché de 5,4 milliards de dollars pour l’extension du réseau de chemin de fer Kenyan

04 avril, 2016

Le 30 mars dernier le gouvernement kenyan est parvenu à un accord avec  le groupe China Communications Construction Company (CCCC), en vue de l’extension du réseau de chemin de fer national. Au total 5,4 milliards de dollars seront reversés à l’entreprise chinoise pour la réalisation de ce chantier.

Afrique de l’Ouest : le groupe Bolloré très sollicité dans la construction des chemins de fer.

10 avril, 2015
Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi lors du lancement de la construction de la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey.
Mahamadou Issoufou, Vincent Bolloré et Boni Yayi lors du lancement de la construction de la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey, le mardi 9 avril 2014.

 

Finalement le groupe français Bolloré va investir 1 milliard d’euros dans la réalisation de la ligne de chemin de fer reliant Niamey et Cotonou. Cet investissement place le groupe en tête des parts avec 40%, tandis que le Niger et le Bénin, détiendront 10% chacun.

Bolloré, les pays africains en veulent encore. Pour les structures portuaires mais aussi pour des investissements comme celui de 1 milliard d’euros sur la ligne de chemin de fer qui reliera à partir du milieu de l’année 2016, la capitale nigérienne, Niamey, à Cotonou capitale du Bénin, le groupe est sollicité.

Le Bénin et le Niger ont signé le 07 mars dernier un accord fixant les termes de la construction et de l’exploitation de la prochaine ligne de chemin de fer. Cet accord qui prévoit le financement par le Bolloré d’un milliard d’euros, accorde au groupe français, 40% des parts, 10% au Bénin, 10% au Niger et 40% seront repartis entre les autres investisseurs privés des deux pays.

Au sujet de ce projet très ambitieux, Amadou Boubacar Cissé, ministre nigérien de l'Aménagement du territoire, estime que tout a été réuni pour mener à bien cette entreprise. « Nous avons créé les conditions pour garantir l'harmonie, la diligence et l'efficacité de ce projet historique et ambitieux », a-t-il lancé.

De son côté, Vincent Bolloré qui ne dit rien au sujet des modalités de cet accord du 07 mars, a déclaré à la télévision publique nigérienne que « Ce contrat est une garantie que le chemin de fer sera achevé, et une garantie que nous le financerons ».

Les travaux de cette ligne de chemin de fer ont démarré en avril 2014 sur 574 km, un tronçon reliant Niamey à Parakou, ville béninoise située dans l’ouest du pays. Ils devraient se poursuivre vers Cotonou, où il est simplement question de rénover les lignes existantes.

Mais le groupe français s’en sort plutôt bien dans cette affaire. Les travaux de ce premier chantier ne sont pas encore finis que, Mahamadou Issoufou, président du Niger, sollicite Bolloré dans la construction du chemin de fer entre le Niger et Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Ce chantier rentre dans les travaux de construction des 2800 km de chemin de  fer  qui feront la boucle ferroviaire entre la Cote d'Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. AFPmag.

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30