All for Joomla All for Webmasters
 

Promotion du café cacao africain : Enselme Gouthon distingué par l'OIAC

13 avril, 2018

Son engagement en faveur de la promotion du café produit sur le continent africain, lui a valu une nouvelle récompense.

BAD : un Forum de l’investissement en novembre !

19 janvier, 2018

L’édition 2018 des Prespectives économiques en Afrique est présentée officiellement le 17 janvier 2018 à ABIDJAN (Cote d’Ivoire) par le président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi ADESINA.

Filière Cacao : Abidjan accueille bientôt le nouveau siège de l’ICCO

16 mars, 2017

L'Organisation internationale du cacao (ICCO), basée à Londres depuis sa création une quarantaine d’années en arrière, va être déplacée le 25 avril prochain. L’ICCO aura désormais son siège à Abidjan, une vraie reconnaissance à la nation ivoirienne, premier producteur mondial de cacao. 

Côte d’Ivoire : le PITCH HUB AFRICA à la rencontre des porteurs de projet start-up

05 mars, 2017

ABIDJAN a accueilli pour la deuxième fois le PITCH HUB AFRICA ce vendredi 03 mars 2017 à la Chambre de commerce et d'Industrie d'Abidjan.

Liaison directe Dakar-Abidjan via Asky dès novembre

26 octobre, 2016

La compagnie aérienne panafricaine Asky, va assurer à compter du 1er novembre prochain, des vols directs entre Abidjan et Dakar.

Africa IT & Telecom Forum 2016 : vers une maturité numérique en Afrique

21 janvier, 2016

La 6ème édition de l’Africa IT&Telecom Forum (AITTF), l’événement régional des IT et des Télécoms en Afrique francophone, se tiendra les 21 et 22 avril prochains à Abidjan.

Abidjan abrite la 6ème édition du Forum Postal Africain

04 décembre, 2015

La 6ème édition du Forum Postal Africain (FPA), l’événement régional des services postaux en Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale aura lieu les 10 et 11 décembre prochains au Centre CRRAE UMOA à Abidjan.

Côte d’Ivoire : Le procès Simone Gbagbo et de 82 cadres du régime précédent s’ouvre enfin.

26 décembre, 2014

 

Après trois ans et demi à l’ombre, dans un lieu secret, l’ex-première dame de la Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, ressurgit ce vendredi 26 décembre pour son procès pour atteinte à la sûreté de l’Etat Ivoirien. La première dame devrait comparaître avec 82 cadres de l’ancien régime détenus pour les mêmes motifs.

Finalement le procès de Simone Gbagbo s’ouvre ce vendredi 26 décembre à Abidjan. L’ex-première dame aura attendu trois ans et demi avant cette première comparution. Réclamée par la cour pénale internationale (CPI), depuis le mois de février 2012 et même le 11 décembre dernier, l’Etat Ivoirien s’est gardé de la jeter aux chiens comme il l’a fait de Laurent Gbagbo, son époux. Sûrement elle ne présente aucun danger certain pour le régime en place. De toute façon Simone Gbagbo se dit prête à affronter la juridiction civile ivoirienne pour savoir enfin les motifs qui sous-tendent son incarcération. L’un de ses avocats confie aujourd’hui que le dossier de  sa cliente est vide, une façon de dire qu’aucun fait spécifique ne lui est imputé. Mais entre le flou des accusations et les méthodes d’enquête très insolites, ce procès qui a attendu si longtemps, s’annonce très délicat. D’ailleurs quatre des six premiers jurés ont désisté et cette première audience à laquelle prendront part tous les prévenus, y compris ceux qui sont en liberté provisoire, sera le moment de confirmer les nouveaux jurés, le procès proprement dit se tiendra à une date ultérieure.

 

Remarquons cependant que la CPI recherche la prévenue pour crime contre l’humanité tandis que la justice ivoirienne borne ses motifs à l’atteinte à la sûreté de l’Etat ; un désaccord des motifs qui sonne mal, surtout quand on sait que les faits retenus par les deux juridictions sont supposés être les mêmes et cela d’autant plus que l’affaire est la même. Du coup l’on se demande si le souci d’atténuation qui sous-tend la démarche du juge ivoirien ne vise pas à donner une suite plus équitable à une affaire sciemment mal examinée depuis le début. AFPmag.

 

Les soutiens de Laurent et Simone Gbagbo au procès de l’ex-première dame.

24 février, 2015

Après les autres, c’était au tour de Simone Gbagbo de comparaître ce lundi devant la cour d’assises d’Abidjan pour les crimes commis du lendemain de la crise post-électorale et pour atteinte à la sûreté nationale. Apparue décontractée et sourire aux lèvres, la première dame a vu la rue vibrée, une rue qui lui témoigne près de cinq années après son départ du palais, la plus ardente sympathie et dans la salle où son propos tranchait, elle a pris place au milieu des mille soutiens.

En procès ce lundi 23 février, Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo, a mesuré l’estime qu’une bonne frange du peuple ivoirien lui témoigne cinq ans après son départ du palais. Arrivée dans une tenue gaie, l’ex-première dame était fortement décontractée et son sourire traduisait la joie du revoir avec les masses venues la soutenir. Dans la rue où de nombreux manifestants pro-Gbagbo se sont affrontés avec les partisans d’Alassane Ouatarra, on a pu voir clairement cette scission qui divise encore le peuple ivoirien au sujet des évènements qui ont suivi la crise post-électorale et surtout de la justice qui est faite aujourd’hui. Les pro-Gbagbo qui ont toujours estimé que cette justice étaient parodiée, réclamaient que les membres du clan Ouatarra soient interpellés aussi. Hélas, leur demande ne tient pas par ce temps.

Alors que le procès a commencé finalement après deux heures, on pouvait voir les grandes figures ivoiriennes dans cette salle. Richard Dakoury-Tabley, l’ex-gouverneur de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest, Alphonse Douati, ex-ministre de Laurent Gbagbo et de nombreux autres ont témoigné leur infaillible soutien au chef d’Etat à La Haye aujourd’hui et à sa famille. Dans les rangs des soutiens de la première dame, Michel Gbagbo, le fils de l’ex-chef d’Etat.

Le plus étonnant dans ce procès qui s’ouvre contre Simone Gbagbo, est que la prévenue déclare près de quatre années après son arrestation d’avril 2011, ne pas savoir ce que cette justice ivoirienne lui reproche  exactement. « A l'heure où je vous parle, je ne sais pas exactement quels sont les actes matériels qu'on me reproche. Laurent Gbagbo est le vainqueur de la présidentielle de 2010 », a-t-elle déclaré. Ce propos qui rejoint les déclarations et écrits d’intellectuels à travers le continent noir et dans le monde, a sa place dans cette justice qui procèderait d’après Simone Gbagbo, par des allégations sans jamais apporter des précisions sur les faits. Pour conclure cette première partie du procès, l’ex-première a tenu à préciser qu’ « on n'est pas ici pour justifier de ce que je pense, mais sur des faits précis ». Au final c’est tout l’auditoire qui a été surpris par l’inconsistance des questions posées à Simone Gbagbo, de sorte que les relents de l’injustice chez certains avaient un goût exagérément amer. AFPmag.

Côte d'Ivoire: Encore 6 morts dans les intempéries qui frappent le pays

22 juin, 2015
Éboulements de terre au quartier Dindé (Mossikro) dans la commune d'Attécoubé
Éboulements de terre au sous-quartier Dindé (Mossikro) dans la commune d'Attécoubé où trois personnes ont trouvé la mort dans la nuit de samedi 20 à dimanche 21 juin 2015

 

Abidjan en deuil après un week-end pluvieux. Ce sont 6 personnes qui sont mortes dans les intempéries qui ont touché la capitale économique, ce qui porte le nombre de mort de ces dernières semaines à 16.

Les opérations de déguerpissement menées ces derniers mois par les autorités ivoiriennes n’ont pas pu éviter de nouveaux drames au pays. Ce week-end 6 personnes ont perdu la vie dans les nouvelles intempéries qui ont frappé la capitale économique ivoirienne. Au total, ce sont 16 individus qui ont déjà perdu la vie dans les inondations depuis le début de la saison de pluie de cette année.

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30