All for Joomla All for Webmasters
 
Le Nigeria mûrit l'ambition de former 1 000 000 de ses citoyens dans le codage informatique, soit un citoyen sur 200 Le Nigeria mûrit l'ambition de former 1 000 000 de ses citoyens dans le codage informatique, soit un citoyen sur 200

Nigeria : De vastes chantiers de codage pour booster l’économie Spécial

  • 23 mai, 2018
  • Écrit par  Assou Afanglo
  • Publié dans ECONOMIE
  • Lu 116 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

Le Nigeria fait incontestablement partie de ces rares pays africains qui donnent pieds et mains pour tirer profit des nouvelles technologies. Il s’y investit, multiplie les initiatives au rang desquels se trouvent des ateliers de formation en programmation informatique.

A l’ère des technologies, cette implication active renforce la notoriété du pays sur l’échiquier continental et international mais au-delà de tout, contribue à la création d’une économie numérique digne de ce nom. Plusieurs projets et programmes se succèdent depuis quelques dizaines d’années afin de mettre à la disposition de la population surtout active, une source de revenu fiable, durable et d’avenir.

Créer 5000 centres de formation au codage

En milieu du mois d’avril 2018, le gouvernement de l’Etat de Lagos a pris sur lui l’initiative de relancer la formation à la programmation informatique pour prioritairement aider les élèves et enfin le grand public constitué en majorité de personnes déscolarisées. Lagos, la plus grande ville du Nigeria envisage de se doter de 5000 centres de formation en codage. Il s’agit à proprement parler de la suite logique du projet CodeLagos.

A l’horizon 2030, près d’un million de personnes devront acquérir des compétences en codage.

La cible principale du projet va des écoles primaires et secondaires jusqu’aux centres extrascolaires –pour tout le monde- sans distinction. 50 centres seront extrascolaires ou mieux ouverts dans des bibliothèques publiques, les centres communautaires et les centres de formation privés. A l’horizon 2030, près d’un million de personnes devront acquérir des compétences en codage. Pour s’y faire des structures qui accueillent des jeunes de plus de 16 ans qui ne fréquentent plus aucun établissement scolaire de Lagos sont ouverts. D’ici la fin de l’année 2018, les 5000 nouveaux centres devront passés à leur phase active.

Le gouverneur de l’Etat de Lagos, Akinwunmi Ambode a affirmé que ce projet créera de la valeur et de la richesse dans son Etat.  Raison de plus pour lui d’avoir un œil observateur sur tout ce qui se fait.

Des chiffres avancées par Obafela Bank-Olemoh, conseillère spéciale du gouverneur en charge de l’éducation, révèle que l’initiative CodeLagos a permis de former plus de 15 000 personnes par le passé. Les étudiants, eux, sont formés à Scratch, Python et le développement d’applications mobiles, avec possibilité de se familiariser à d’autres langages de programmation Oracle et Greenfoot d’Oracle dans la session académique en cours grâce à un partenariat avec Oracle Academy.

Encourager les formateurs

Le gouvernement a aussi pris sur lui l’initiative d’encourager, de motiver financièrement les formateurs. Ces derniers ont été recrutés puis outillés afin de donner à leurs apprenants ce qu’il faut pour être opérationnels dans la vie pratique. Cela pousse donc les voix les plus autorisées à mettre la main à la poche. Un total de 224 formateurs est mis à la disposition des élèves. Ces formateurs reçoivent une subvention allant à 25 000 nairas, soit environ 56 euros par trimestre pour les salariés des écoles publiques, et à 20 000 nairas pour ceux officiant dans le privé. Par contre, ils ont été « formés gratuitement par l'État de Lagos ».

 

Encadré

Du code pour créer de l’emploi

Le codage est devenu pour beaucoup d’acteurs évoluant dans le secteur des nouvelles technologies, un nouveau créneau porteur. Il crée de l’emploi et contribue peu ou prou à booster l’économie des pays qui s’y mettent. Plus souvent, ce sont les organisations non-gouvernementales ou encore des entités privées qui prennent ces genres d’initiatives. Mais cette fois, c’est au niveau étatique avec le cas du Nigeria, ce qui dénote d’une vision futuriste du monde et des besoins à venir des peuples dans un monde en constante métamorphose.

Former des codeurs permet de garantir pour un pays donné, la disponibilité d’une main d’œuvre pouvant intervenir sur des projets numériques d’envergure. Les codeurs participent aussi à l’éclosion de la fleur numérique dans ces pays en concevant des sites web répondant aux besoins locaux, créant des applications mobiles et d’autres programmes ludiques pour les élèves. Au-delà, ceux qui sont formés dans le domaine sont aussi mis à la disposition des entreprises pour des besoins ponctuels et à long terme. Ils gagnent leurs vies grâce à ces prestations, ce qui engendre une certaine autonomie financière.

Sur le continent africain, des concepts à l’instar d’Africa Code Week pour former aussi les élèves aux logiciels de création de jeux vidéos, commence à se multiplier. Les enfants n’apprennent plus qu’à lire, compter mais aussi à coder. Une dynamique qui en s’accélérant devrait accélérer le développement du continent et son entrée dans la cours des acteurs de la quatrième révolution en cours.

Assou Afanglo

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire