All for Joomla All for Webmasters
 
Le président Burundais Pierre Nkurunziza travaille à doubler le potentiel énergétique de son pays à près de 70MW en ce moment Le président Burundais Pierre Nkurunziza travaille à doubler le potentiel énergétique de son pays à près de 70MW en ce moment

Burundi : Construction annoncée de deux centrales électriques d’une capacité cumulée de 49,5 MW Spécial

Isolé sur la scène internationale par ses alliés européens qui apportaient un soutien important au budget de l’Etat, le Burundi a maintenu sa stabilité nationale et intéresse de nouveau la banque mondiale qui vient d’octroyer un appui financier de 33 millions de dollars pour la construction de deux centrales énergétiques d’une capacité cumulée de 49,5 MW.

Le soutien de la Banque mondiale (BM) à l’Etat burundais pour la construction de deux barrages hydroélectriques sur les rivières Jiji et Murembwe, toutes deux situées au sud du pays, a été annoncé début avril. L’institution de Breton Wood vient enfin financer ce projet que la Banque Européenne d’Investissement (BEI) s’était engagée à soutenir quelques années en arrière. En effet le 11 décembre 2014, le Burundi et la BEI avaient paraphé un accord pour le prêt de 70 millions d’euros en vue de lancer les travaux de construction des deux barrages sur les rivières Jiji et Murembwe. Le projet avait par la suite connu une interruption en raison des contestations au sujet du retour aux affaires du président Pierre Nkurunziza avant d’être relancé récemment.

Le financement de la BM qui sera effectué via la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), permettra au pays de Pierre Nkurunziza, président du Burundi réélu courant juillet 2015 par une large majorité des burundais, de dépasser la barre de 100 MW d’énergie, ce qui diminuera de peu le stress énergétique national.

Une capacité énergétique à améliorer

Rappelons que le Burundi, l’un des pays les moins électrifiés du continent africain, dispose de près de 70 MW d’énergie en ce moment. Une faible capacité énergétique qui diminue sensiblement la probabilité de voir arriver les Investissements Directs Etrangers (IDE) dans certains secteurs tels que l’industrie.  

Le Burundi s’est engagé à doubler sa production électrique actuelle, ce qui exige la mobilisation d’une enveloppe de 270,4 millions de dollars

Précisons tout de même que le Burundi s’est engagé à doubler sa production électrique actuelle, ce qui exige la mobilisation d’une enveloppe de 270,4 millions de dollars. La conjoncture actuelle étant défavorable pour ce pays de la région des Grands Lacs, Bujumbura ne peut compter que sur l’appui financier de la Banque Africaine de développement, la BIRD et la banque européenne d’investissement ; autant d’institutions qui se sont montrées favorables à accompagner le pays dans l’atteinte de ces objectifs.

Onésiphore NEMBE

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire