All for Joomla All for Webmasters
 
Doraleh Container Terminal (DCT), port le plus performant dans la mer rouge Doraleh Container Terminal (DCT), port le plus performant dans la mer rouge

Terminal à conteneurs de Doraleh : On rêve grand ! Spécial

La résiliation le 22 février dernier du contrat de concession de DP World pour l’exploitation de Doraleh Container Terminal (DCT) et sa passation à la Société de Gestion du Terminal à Conteneurs de Doraleh (SGTD), permet à Djibouti de rêver grand pour ce port conçu avec des ambitions impressionnantes.

Djibouti est déterminé à poursuivre les activités d’exploitation de DCT et à faire mieux que l’ancien concessionnaire. Après la résiliation de l’accord de concession, de DP World, ce pays de l’Est Afrique a fondé une nouvelle société pour la reprise des mêmes activités. Il s’agit de la Société de Gestion du Terminal à Conteneurs de Doraleh (SGTD).

Hormis les activités de DCT, la SGTD aura à charge de promouvoir les activités du terminal. Elle devra hisser le niveau de services aux standards internationaux et accroître le volume de conteneurs traités. Plus encore, l’Etat Djiboutien est déterminé à atteindre l’ensemble de ces objectifs sans enfreindre le droit, tout en préservant les intérêts des différentes parties engagées dans cette entreprise dans un esprit d’équité.

DCT pouvait faire mieux

Jusqu’à la suspension de la concession en février dernier, la DCT pouvait se féliciter de décharger 35 conteneurs par heure et cela par portique. D’ailleurs grâce à cette performance, ce port est le plus compétitif sur la mer rouge. Il reste cependant à mi-chemin de ses objectifs initiaux. Puisqu’à l’origine, la DCT visait le traitement de 1 600 000 conteneurs par an. Or il en reste à environ 800 000 conteneurs traités par an. En cause : l’opérateur exclu courant février, s’était limité au traitement de conteneurs pour le marché local et de ceux en partance pour l’Ethiopie. Du coup la position stratégique de ce port sur la route de l’Asie et de l’Europe était peu exploitée.

De façon sommaire, la suspension de la concession de DP World a été décidée pour mettre de côté cette société, qui, à cause de plusieurs limites formées autour de l’activité de DCT, ne permettait pas à la structure de connaître l’atteinte de ses objectifs initiaux.

Les perspectives sont bonnes

Les autorités djiboutiennes visent un service de qualité pour le Terminal à containeurs de Doraleh. Puisqu’il faut le préciser, DCT se situe sur la côte Est-africaine, dans les parages d’autres grandes institutions portuaires, en l’occurrence le port de Mombassa, celui de Durban ou encore les ports de Dar Es Salam et Maputo. Les exigences en termes de qualité de service sont fortes aussi bien que le facteur temps.

Avec la signature le 5 mars dernier d’un contrat entre la DCT et l’armateur singapourien, Pacific International Lines (PIL), dont l’objet vise le traitement additif de 300 000 conteneurs par an, un accord signé sur fond de reconnaissance de la grande expérience de la DCT, ce port va amorcer une nouvelle vitesse de croisière dans les mois qui vient. Si rien ne garantit l’atteinte de l’objectif initial, on peut tout de même être sûr que le volume de conteneurs traités va franchir la barre de un million au cours de cette année.

Onésiphore NEMBE

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire