All for Joomla All for Webmasters
 
Noix de palme, le Cameroun est le troisième producteur en Afrique avec près de 300 000 tonnes Noix de palme, le Cameroun est le troisième producteur en Afrique avec près de 300 000 tonnes

Cameroun : Plaidoyer du WWF pour la production durable d’huile de palme Spécial

  • 19 avril, 2018
  • Écrit par  Emile ETOUNDI
  • Publié dans ECONOMIE
  • Lu 106 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

Les réflexions engagées vont dans le sens du respect des critères de la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO), nécessaires pour préserver la diversité biologique.    

Du 21 au 23 février 2018, plusieurs acteurs de la filière huile de palme au Cameroun se sont réunis à Douala autour du thème « Développement durable du palmier à huile : investir dans un futur durable pour les peuples et la nature », afin d’explorer les pistes pour une production durable de l’huile de palme. Le Dialogue organisé par le Fonds mondial pour la nature (WWF), bureau du Cameroun sous les auspices du ministère de l’agriculture et du développement durable (MINADER) en collaboration avec PROFOREST ambitionne de réduire significativement l’empreinte écologique de la filière huile de palme sur l’environnement. Les participants ont réitéré la nécessité d’appliquer la stratégie nationale de développement durable de la filière (finalisé en 2017) qui intègre les bonnes pratiques environnementales et sociales, la promotion des plantations villageoises et le renouvellement des plantations industrielles et villageoises. En l’état actuel, la production à large échelle d’huile de palme constitue une menace avec les risques de déforestation, de pollution et de perte de la biodiversité.

La production à large échelle d’huile de palme constitue une menace avec les risques de déforestation, de pollution et de perte de la biodiversité

Le Dialogue de Douala est censé permettre, à terme, au gouvernement camerounais d’améliorer la réputation du pays et d’attirer de potentiels investisseurs et bailleurs de fonds en soutien à la production. A cet effet, des alternatives ont été suggérées, en l’occurrence la production du palmier à huile en zone de savane, conformément à une étude de modélisation spatiale réalisée par le WWF, la réhabilitation des plantations industrielles inactives ou abandonnées en lieu et place de nouvelles allocations de terre en zone de forêt pour des plantations de palmier à huile. Un autre volet va porter sur le renforcement des capacités des petits producteurs pour participer au développement des communautés locales, favoriser le renouvellement du tissu économique local et contribuer directement à la croissance économique.

Du côté des entreprises, la production d’huile de palme répondant aux critères de la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO) leur permettra de préserver les ressources naturelles, de maintenir la paix sociale et de garantir la durabilité de l’investissement sur le long terme. Selon le WWF, l’huile de palme « certifiée » est un tremplin pour accéder à de nouveaux marchés, notamment les marchés internationaux (nord-américain et européen surtout), qui sont très regardants sur les normes de durabilité. L’image de marque des entreprises est aussi améliorée. Les planteurs ne sont pas en reste dans la chaîne. La certification pourra leur permettre de se constituer en organisations professionnelles pour maximiser les profits. Le respect des consignes RSPO protège en outre les planteurs et leurs familles des effets négatifs d’une mauvaise manipulation des produits phytosanitaires et des fertilisants.

Actuellement, le Cameroun est le 3e producteur africain d’huile de palme avec une capacité de production estimée à 290 000 tonnes en 2017 alors que la demande locale tourne autour de 325 000 tonnes. Le déficit annuel pour sa part est criant et se situe autour de 130 000 tonnes. D’après une étude réalisée en 2011 par le ministère camerounais de l’Emploi et de la formation professionnelle (MINEFOP) et l’Organisation internationale du travail (OIT), le secteur de l’huile de palme peut générer au minimum 65 000 emplois directs et indirects uniquement au niveau de la production.

Emile ETOUNDI

La production d’une huile de palme « certifiée » peut générer des financements colossaux.

 

INFOGRAPHIE

Bénéfices de la certification RSPO pour les industries camerounaises

Réputation

Transparence

Economie

Société

Environnement

·         Bonne réputation

·         Accès plus facile aux financements

·         Respect de la législation nationale et locale

·         Disponibilité des informations

·         Bonne collaboration avec le gouvernement et l’administration locale

·         Engagement des parties prenantes

·         Accès facile aux marchés internationaux (USA, UE…)

·         Meilleure résilience des entreprises

·         Bonne productivité et amélioration des rendements

·         Opportunités de partenariats commerciaux et techniques

·         Bonnes conditions de travail pour les employés (salaire et sûreté)

·         Respect des droits des travailleurs et des communautés locales

·         Prévention des conflits sociaux par le consentement préalable des communautés locales

·         Protection des zones à haute valeur de conservation de la biodiversité

·         Meilleure gestion des ressources naturelles

·         Faible émission des gaz à effet de serre

Source : Fonds mondial pour la nature (WWF).

 

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire