All for Joomla All for Webmasters
 
Les exportations égyptiennes en forte hausse sur fond de dévaluation de la Livre Les exportations égyptiennes en forte hausse sur fond de dévaluation de la Livre

Egypte : Une embellie du commerce extérieur sur fond de dévaluation de la Livre Spécial

Dans ses échanges avec la Turquie au cours de l’année 2017 passée, l’Egypte a présenté une balance commerciale, certes déficitaire, mais les améliorations sont palpables et dénotent le retour de l’embellie après de longues années d’un grave déficit.

D’après une déclaration faite dimanche dernier par le ministre égyptien de l’industrie et du commerce extérieur, Tarek Kabil, le volume des échanges entre Ankara et le Caire, a augmenté de 182 millions de dollars par rapport à l’année précédente. Les deux capitales ont atteint la barre de 4,358 milliards de dollars d’échanges. 

Pour la partie égyptienne la balance commerciale est encore déficitaire. Tandis que le Caire enregistre des exportations de l’ordre de 1,998 milliards de dollars. L’Egypte a certes fait une progression importante, avec des exportations en hausse de 555 millions de dollars par rapport à l’année d’avant. Rappelons qu’en 2016, les exportations égyptiennes vers Ankara étaient de 1,443 milliards de dollars.

La balance commerciale reste déficitaire, avec une différence notoire de 362 millions de dollars. Comparé à l’année 2016, cette différence s’est rétrécie de moitié. Pour rappel, durant l’exercice précédent, Ankara avait enregistré des exportations de 733 millions de dollars de plus que le Caire.

Pris dans sa globalité, le déficit commercial au premier semestre 2017 s’était réduit de 46% par rapport à l’année 2016, soit 13 milliards de dollars. D’après le ministère égyptien du commerce, ce recul du déficit commercial égyptien est le résultat d’une politique de diminution des importations. Celles-ci ont été réduites de 30%, soit 24 milliards de dollars, tandis que les exportations ont connu une hausse de 8%.

Précisons que la hausse des exportations égyptienne est portée par un secteur textile compétitif, ainsi qu’une demande accrue des produits chimiques ainsi que celle des vêtements. Cette hausse de 4,35% des échanges est aussi liée, côté Egypte, à une dévaluation de la monnaie nationale, laquelle a eu l’effet d’augmenter de rendre la production égyptienne plus compétitive sur le marché internationale. Il faut dire que depuis le début du printemps arabe, l’économie nationale égyptienne ne s’était pas aussi bien comportée.

Régression des importations égyptiennes

On note une diminution des importations égyptiennes. En 2017 elles se sont clôturées à 2,36 milliards dollars, contre 2,733 milliards dollars en 2016. Cette régression est liée à une nouvelle politique mise sur pied par les autorités nationales égyptiennes, laquelle vise la suspension des importations jugées superfétatoires. Tarek Kabil explique qu’il était temps de « limiter l'importation de produits de mauvaise qualité, la rationalisation des importations et la réduction de la consommation de devises fortes ».

Cette politique pourrait être considérée comme la conséquence des exigences formulées par les bailleurs de fonds, en l’occurrence le FMI, en vue de permettre au pays d’augmenter la réserve en devises étrangères. A noter que l’Egypte comme de nombreux autres pays africains à renouer avec l’endettement auprès des institutions de Breton Wood.  Fin 2016, on se rappelle que le FMI avait approuvé un programme de prêt triennal de 12 milliards de dollars à l’Egypte.

Onésiphore NEMBE

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30