All for Joomla All for Webmasters
 
Quand la route passe, le développement suit... Quand la route passe, le développement suit...

Cameroun-Congo : La route Ketta-Djoum va rapporter gros Spécial

  • 12 avril, 2018
  • Écrit par  Emile ETOUNDI
  • Publié dans ECONOMIE
  • Lu 758 fois
  • Évaluer cet élément
    (0 Votes)

Le projet va développer les échanges entre les deux pays et contribuer au renforcement de l’intégration régionale en Afrique centrale.

A l’horizon 2020, le corridor Yaoundé-Brazzaville sera entièrement revêtu grâce au bitumage de la route qui va relier Ketta au Congo et Djoum au Sud du Cameroun. L’itinéraire long de 120,5 km, est un maillon important de la liaison inter-capitales Brazzaville-Yaoundé entre les deux pays. L’aménagement de cette route sera réalisé en deux lots : le premier, Mintom-Lélé, s’étend sur un linéaire de 67,5 km et le deuxième, Lélé-Ntam-Mbalam, est long de 53 km. La route Ketta-Djoum va contribuer à la modernisation de la chaîne logistique de transport sur le corridor Yaoundé-Brazzaville.

Avec la réalisation de l’axe routier, le trafic routier va connaître une embellie. La vitesse moyenne de parcours des véhicules poids lourds va augmenter de 50 km/h, c’est-à-dire passer de 30 km/h en 2009 à 80 km/h. L’on va enregistrer une hausse du taux des échanges commerciaux entre le Cameroun et le Congo de l’ordre de 11%, soit un passage de 4% en 2009 à environ 15%. Le linéaire des routes praticables en toutes saisons sera étendu de 20% et passer de 60 % en 2009 à 80%. L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a par ailleurs manifesté sa volonté d’accompagner le Cameroun dans l’aménagement de routes secondaires, la construction de magasins de stockage, des écoles, des centres de santé, etc.

Un projet à vocation régionale

La route Ketta-Djoum revêt une dimension régionale, car elle constituera l’un des principaux maillons du corridor alternatif au corridor Windhoek-Tripoli pour relier la République centrafricaine au Cameroun, le Gabon vers le sud et assurer l’interconnexion avec la route Brazzaville-Pointe-Noire au Congo. Cette liaison constitue le corridor de développement N° 29 du Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (PDCT-AC) qui balaie l’itinéraire Yaoundé-Sangmelima-Djoum-Mintom-Mbalam-Ntam-Souanke-Sembe-Ouesso-Owando-Oyo-Brazzaville.

L’intégration régionale en Afrique centrale va aussi marquer des points avec l’amélioration de la libre circulation des personnes et des biens. La route va faciliter l’accès de 600 000 bénéficiaires issus des populations riveraines aux services sociaux de base et désenclaver les principaux bassins de production agricole situés le long du tracé. 500 000 congolais et 100 000 camerounais sont concernés. La conséquence logique sera la réduction des coûts des intrants et la facilitation de l’écoulement des produits. Le boom des activités touristiques et minières est envisagé. Approuvé en 2009, le projet va coûter 424 millions de dollars, soit près de 226 milliards de F. Le consortium des partenaires financiers est constitué de la JICA, de la Banque africaine de développement (BAD), de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) et du Cameroun.

Emile ETOUNDI

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30