All for Joomla All for Webmasters
 
Le pont Yagoua-Bongor va booster les échanges entre les deux pays frontaliers. Il s'inscrit dans la dynamique impulsée par la ZLECA Le pont Yagoua-Bongor va booster les échanges entre les deux pays frontaliers. Il s'inscrit dans la dynamique impulsée par la ZLECA

Cameroun-Tchad : Les travaux du pont Yagoua-Bongor prévus pour juin 2018 Spécial

  • 09 avril, 2018
  • Écrit par  Emile ETOUNDI
  • Publié dans ECONOMIE
  • Lu 870 fois
  • Évaluer cet élément
    (2 Votes)

L’ouvrage permettra de densifier les échanges économiques entre les deux pays frontaliers.

La libre circulation des personnes et des biens entre le Cameroun et le Tchad va très bientôt atteindre sa vitesse de croisière, grâce au deuxième pont enjambant le fleuve Logone et censé relier les villes de Yagoua dans l’Extrême-Nord du Cameroun et de Bongor au Tchad. A l’issue de la 5e session du Comité bilatéral de pilotage du projet, tenue du 19 au 21 octobre 2017 à Douala, les participants avaient décidé que les premiers coups de pioche sont prévus pour juin prochain. D’après les experts, les dossiers techniques relatifs au démarrage des travaux sont avancés. Les négociations avec les partenaires financiers que sont la Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne (UE) sont en train d’être bouclées.

La consistance des travaux prévoit notamment la construction d'un pont à poutres précontraintes par post-tension de 700 m, la réalisation d’équipements socioéconomiques (marchés locaux, salles de classe, centres de santé, aménagement de bas-fonds…), l’appui à la facilitation du transport et du commerce, etc. Au niveau des réalisations connexes par exemple, le projet prévoit le bitumage d’une route de raccordement sur environ 14 km de part et d’autre des deux villes. « Long de 620 mètres, l’ouvrage, dont la construction va prendre quatre ans, devrait simplifier la vie des quelque 2 200 personnes qui, chaque jour, traversent le fleuve. Il devrait ainsi éviter les cas de noyades entre les deux rives, estimés aujourd’hui à 70 par an », explique la Banque africaine de développement (BAD).

Toutes ces réalisations visent à améliorer la qualité de vie des populations riveraines impactées par le projet. En plus des retombées directes, l’ouvrage devrait libérer le potentiel économique dans les secteurs des minéraux, du bois et de l’agriculture dans la partie septentrionale du Cameroun et dans le sud-ouest du Tchad. Le pays du président Idriss Deby Itno va en tirer un grand parti, étant donné que son économie est essentiellement dépendante du Port autonome de Douala.

Le coût global du projet est de 92 milliards de Fcfa. Les financements sont constitués des prêts d’un peu plus de 30 milliards de Fcfa accordés au Cameroun et des dons de plus de 13 milliards de F octroyés au Tchad. L’Union européenne a marqué son accord pour un cofinancement à hauteur de plus de 26 ,2 milliards de F, sous forme de don. Le gap sera supporté par les apports des deux pays, soit environ 58% pour la partie camerounaise et 42% pour le Tchad. Le protocole d’accord lié à la construction d’un deuxième pont frontalier sur le Logone avait été signé le 27 mai 2014 à N’Djamena.

Emile ETOUNDI

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30