All for Joomla All for Webmasters
 
La ligne d'interconnexion entre les deux pays permettra au Malawi de mieux juguler les périodes d'étiages La ligne d'interconnexion entre les deux pays permettra au Malawi de mieux juguler les périodes d'étiages

Malawi : On s’active autour du projet de ligne d’interconnexion Spécial

Pour prévenir les périodes d’étiage, pendant lesquelles la production énergétique nationale du Malawi connait une chute abyssale de 150 MW, ce pays d’Afrique australe est engagé avec le voisin Mozambicain, la banque allemande de développement (KFW) et l’Union Européenne, dans un projet de construction d’une ligne d’interconnexion.

En effet, avec une production électrique nationale de 351 MW, toutes les sources confondues, le Malawi arrive à satisfaire en temps normal ses besoins énergétiques, de 350MW. Mais avec un parc énergétique dominé par l’énergie hydroélectrique, les périodes d’étiage sont difficiles à gérer en raison de la baisse importante de la production, qui connait une diminution de 150MW. Du coup c’est tout l’appareil économique national qui est mis à mal.

Pour sortir de cette impasse, le Malawi et le Mozambique sont engagés dans un projet de construction d’une ligne d’interconnexion. Une initiative qui date d’une dizaine d’années, voire plus. Ce projet vient de bénéficier de l’appui conjoint de la banque allemande de développement et de l’Union Européenne.  D’après notre informateur sur place, ces deux institutions européennes ont accordé une subvention de 20 millions d’euros. Toujours en appui à ce projet, Thomas Duve, le directeur de la KfW pour l’Afrique australe, a annoncé un investissement additif de 30 millions d’euros.

C’est donc près de la moitié de la facture qui est déjà mobilisée pour la réalisation de ce projet qui demande la somme de 103 millions d’euros.

Finalement le oui du parlement malawite ?

Courant 2007, ce projet, déjà suffisamment mûr à l’époque, avait obtenu un appui de la banque mondiale de l’ordre de 93 millions de dollars. Cette somme qui devait être dispatché entre les deux pays, avait suscité un tollé au sein du parlement malawite. Les parlementaires de ce pays estimaient que les marges de l’institution de Breton Wood étaient importantes et que le projet coûtait trop cher à la nation. Résultat : le Malawi n’avait pas accepté cette offre, amenant la banque mondiale en 2010, a annulé cette ligne de financement.  C’est donc un retard d’au moins dix ans qui a été accusé dans ce projet.

Du coup l’on se demande si le parlement Malawite se montrera favorable cette fois-ci ? Ce n’est pas gagné, puisqu’il faut rappeler que dans ce pays, la démocratie et son corollaire la séparation des pouvoirs, sont effectivement palpables dans le quotidien national depuis le début des années 1990.

Toutefois s’il est un fait qui soit vrai pour tous, c’est que ce projet revêt un intérêt certain pour sortir le Malawi de la pénombre pendant la saison sèche, lorsque le fleuve Malawi, qui produit à lui seul plus de 98% de l’énergie disponible dans le pays, connait une baisse de son débit.

Le Mix énergétique s’impose

L’autre mesure indispensable qui pourrait suppléer à cette construction d’une infrastructure d’interconnexion, est d’aller vers un mix énergétique, avec une priorité pour les énergies renouvelables. Sur ce chantier le voisin mozambicain est suffisamment avancé pour tenir lieu de modèle. En effet la République de Mozambique, grâce à l’énergie de source solaire, est parvenue entre 2005 et 2014, à fournir l’électricité à près de 4 millions de ses citoyens. 

Onésiphore NEMBE

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30