All for Joomla All for Webmasters
 
De nombreux chantiers d'axes routiers en cours sur le continent De nombreux chantiers d'axes routiers en cours sur le continent

Afrique : Recul des investissements dans la construction des infrastructures Spécial

La dynamique de mise en place des infrastructures structurantes se poursuit en Afrique. Avec moins d’enthousiasme en 2015 par rapport à l’année 2016. C’est ce qui ressort de l’étude faite par Laurence Van Prooijen, la Directrice Partenariat Public-Privé au Cabinet Deloitte, et qui s’intitule, « le paysage changeant des infrastructures en Afrique »

Cette étude qui présente les grands projets en cours sur le continent, a le mérite de mettre en lumière les multiples secteurs, arrosés par les investissements. Il faut préciser avant tout commentaire de cette étude, qu’elle s’intéresse aux projets dépassant la barre des 50 millions de dollars, et qui ont été initiés à partir du 1er juin 2016. C’est ainsi qu’il apparait que les montants investis, ont substantiellement diminués au cours de cette période. Ce sont 324 milliards de dollars qui ont été investis dans les constructions, soit un recul de 14% par rapport à l’année 2015, où le montant investi était de 375 milliards de dollars. Le nombre de projets a connu une régression sensible aussi. Ils passent de 301 l’année 2015, à 286 en 2016. Avec respectivement 41 et 38 projets, l’Afrique du sud et le Nigeria, cumulent à eux seuls près de 28% des projets en cours sur le continent.

L’Afrique centrale est la région où le nombre de projets a augmenté de 4%, tandis que les montants investis ont chuté de 80%. (Exergue)

La région Nord d’Afrique totalise 42 projets pour un montant de 76,1 milliards de dollars. C’est une hausse de 23,5% en termes de montant investi et 14,7% pour le nombre de projets. L’Afrique centrale est la région où le nombre de projets a augmenté de 4%, tandis que les montants investis ont chuté de 80%. Cette région part de 35,8 milliards de dollars investi en 2015, à 7 milliards de dollars en 2016. Conséquence d’une chute abyssale des recettes du pétrole, principale ressource dans l’assiette des exportations de plusieurs pays.  Problème : cette situation n’est pas prête à finir, avec des pays tels que le Tchad ou le Congo Brazzaville, qui broient du noir du point de vue des finances nationales.

La région ouest africaine compte le plus important nombre de projets en cours, 92 au total, soit 32% de la somme total des projets sur le continent. Montant financiers de ces projets : 120 milliards de dollars. En comparaison avec l’année 2015, où 79 projets avaient été répertoriés, pour 116 milliards de dollars, on s’aperçoit que le volume des projets a connu une augmentation considérable, soit 13 de plus que l’année précédente, tandis que les montants investis ont augmenté de 4 milliards de dollars. Cette région représente le plus important montant financier investi au niveau des multiples régions. Il faut tout de même préciser que le Nigeria à lui seul, représente près de 35% des projets

La région sud du continent connait aussi une régression, tant du nombre de projets, que des montants investis. Avec 109 projets en 2015, pour 140 milliards de dollars, cette région est descendue à, 85 projets, et 93,4 milliards de dollars d’investissements. La région Est du continent, présente des résultats moins satisfaisants encore. En 2015, ce sont 61 projets qui avaient été répertoriés, pour un montant investi de l’ordre de 57,5 milliards de dollars, tandis qu’en 2016, elle est passée à 43 projets, pour 27,4 milliards de dollars. C’est une régression de 52% des montants investis.

Investissements par secteur

Quatre secteurs se démarquent dans le cadre de cette étude. Il s’agit du secteur du pétrole et gaz, des transports, de l’immobilier et des énergies (électriques). Il faut dire qu’à eux seuls, ils cumulent la somme de 260,1 milliards de dollars pour 233 projets. Respectivement ces secteurs enregistrent 13 projets pour 84,6 milliards de dollars, 96 projets pour 62,8 milliards de dollars, 64 projets pour 53 milliards de dollars et 60 projets pour 59,7 milliards de dollars. J. P. Labuschagne, le directeur du Conseil sur les projets d'infrastructures et d'investissement du cabinet Deloitte, souligne que, « la raison pour laquelle les projets de transport sont plus nombreux que les autres et représentent une valeur supérieure est que les pays veulent augmenter la connectivité à l'intérieur comme à l'extérieur de leurs frontières ». L’important nombre des projets des énergies, est lié quant à lui, à une détermination affichée au sommet de plusieurs Etats, à atteindre un taux d’électrification universel. Ce montant devrait continuer de grimper dans les années à venir, compte tenu des objectifs des Etats, des agendas à respecter, mais aussi des possibilités de voir arriver bientôt des appuis financiers des pays développés, dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

In fine, il faut dire que les Etats africains restent les principaux investisseurs dans les multiples projets en cours sur le continent. Ils comptent 82 projets financés, sur les 286 recensés. Dans le même temps, la Chine, deuxième dans cette dynamique, totalise, 47 projets. Avec 3 projets sur 10, soit 28,1%, le secteur privé reste à la traîne. Pourtant de nombreux experts s’accordent à dire que leur forte implication dans ce chantier, va donner un coup d’accélérateur au cours des années à venir. 

Onésiphore NEMBE.

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Avril 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30