All for Joomla All for Webmasters
 
Le nouvel Ouguiya mauritanien Le nouvel Ouguiya mauritanien

Mauritanie : la nouvelle monnaie reçoit un mauvais accueil Spécial

La Mauritanie a introduit depuis le 1er janvier dernier, une nouvelle version de sa monnaie sur son marché financier et monétaire.

Le nouvel Ouguiya aux couleurs vives, et polymérisé, a l’équivalence de dix (10) Ouguiya. Ce qui vient ainsi traduire une modification de l'équation du change ou du taux de parité. Ce changement avait été annoncé vers le 28 novembre de l'année écoulée, à l'occasion de la fête nationale du pays par le Chef de l'état de cette République arabe. Selon Mohamed Ould Abel Aziz, le président de la Mauritanie, cette mesure revêt un aspect protectionniste. "Cela permettra à l'ouguiya de reprendre sa place dans les transactions financières, de protéger le pouvoir d'achat du citoyen et de réduire la quantité de la monnaie en circulation", avait-il souligné à cette occasion.

Une mesure qui suscite le retrait des anciens billets et pièces du circuit

Cette nouvelle disposition monétaire en Mauritanie n'est pas sans incidences. En effet, les autorités monétaires du pays, ont indiqué le retrait progressif des anciens billets et pièces de la circulation, suivant un calendrier concocté par la Banque Centrale de ma Mauritanie (BCM). Selon les prévisions, les billets de 5000 sont les premiers à être touchés par cette nouvelle disposition. Ils ne devraient plus exister après le 31 janvier prochain. Ensuite suivront ceux de 2000 et 1000 après un et deux mois plus tard, puis enfin les petites coupures. Le moratoire pour toute la procédure est fixé au plus tard à fin juin.

Cette nouvelle disposition monétaire en Mauritanie n'est pas sans incidences

Pour le spécialiste de questions économiques, Isselmou Ould Mohamed, "ce changement aura le mérite de réinjecter dans le système bancaire des liquidités thésaurisées par une partie de la population dans le secteur informel ou par d'autres ayant des fonds d'origine frauduleuse », confie-t-il. « Aussi bien les devises que l'immobilier et autres valeurs refuges bénéficieront de cette vague de blanchiment d'argent qui accompagnera l'opération », ajoute-t-il.

La BCM dans un communiqué, estime pour sa part que cette approche destinée à retirer les anciennes monnaies, 'permettra de protéger la monnaie nationale contre les falsifications'.

Flambée de devises

Aussitôt l'introduction de la nouvelle monnaie annoncée, que les devises, en l'occurrence l'euro et le dollar ont- ils connu une flambée. "Les gens se ruent sur l'euro et le dollar qu'ils gardent chez eux", précise un cambiste. "Les gens thésaurisaient l'ouguiya. Maintenant qu'ils sont obligés de s'en débarrasser, ils achètent et conservent les devises dans leur coffre-fort de domicile", renchérit un autre cambiste. " Ces deux monnaies ont augmenté de 3,5% en une semaine", renchérit un chef de bureau de change au marché de la capitale mauritanienne. Un phénomène qui indubitablement risque d'avoir des répercussions sur le pouvoir d'achat des ménages.

"Les gens se ruent sur l'euro et le dollar qu'ils gardent chez eux" (exergue)

Ainsi, le riz thaïlandais, très prisé par les ménages mauritaniens, est passé de 300 à 350 ouguiyas le kg (de 70 à 82 centimes d'euro), et la bouteille de lait d'un demi-litre, de 250 (0,58 centimes) à 300 ouguiyas. Le ciment et le fer à béton ont également connu des augmentations de 10 à 12%. Un commerçant dans une dynamique d'espérance, estime que « les prix vont baisser » progressivement, grâce à l'introduction de ces nouveaux billets. « Auparavant, on te disait 10 000 ou 20 000 pour un produit. Désormais, on te dira 800 ou 700. C'est plus logique pour éviter l'inflation. »

Et pourtant en début décembre, le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM), Abdel Aziz Ould Dahi, a démenti les rumeurs de "dévaluation" assurant que l'ouguiya "conserverait sa valeur et que le pouvoir d'achat des citoyens ne s'en ressentirait pas".

Doit-on à ce stade déduire la duplicité des autorités monétaires mauritaniennes face aux populations du pays ?  BARARMNA Likibani Niguita

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire