All for Joomla All for Webmasters
 
Départ des échantillons de Bauxite en direction de la Chine via un port guinéen Départ des échantillons de Bauxite en direction de la Chine via un port guinéen

La guinée Conakry valide un investissement chinois de 2,89 milliards de dollars Spécial

Le gouvernement guinéen a validé le 28 décembre dernier un méga projet d’investissement de 2,89 milliards de dollars dans son secteur de la bauxite. Porté par la société chinoise TBEA Group, ce projet consiste à la production d’aluminium, à la construction d’un port ainsi qu’à la mise en place de deux centrales d’énergie d’une capacité cumulée de 375 Mégawatts (MW).

En autorisant l’investissement de la société chinoise dans la production d’aluminium, le conseil de gouvernement a autorisé aussi la mise en place de deux centrales énergétiques. TBEA Group va assurer de ce fait l’exploitation de la bauxite dans les préfectures de Boffa, Télémelé et Boké, notamment le bloc Santou Nord mais aussi la construction des infrastructures énergétiques.

D’après le communiqué de presse publié à l’issue de ce conseil des ministres, la première phase de ce gigantesque projet va consister à la construction et à l’exploitation d’une mine de bauxite d’une capacité initiale de 10 millions de tonnes par an. TBEA Group mettra aussi en place une raffinerie d’alumine d’une capacité d’1 million de tonnes par an ainsi qu’une fonderie d’aluminium d’une capacité de 200 000 tonnes par an. Concernant les centrales, elles seront deux au total, soit une centrale thermique d’une capacité initiale de 75 mégawatts et une centrale hydroélectrique dans la région d’Amaria avec une capacité de 300 MW ».

Précisons à ce niveau que le 25 octobre 2017, à Conakry, un atelier de présentation et de validation de l’étude de faisabilité de cette centrale hydroélectrique avait été organisé par les autorités en concertation avec TBEA Group.

Connue pour être énergivore, la production de la bauxite requiert une quantité importante d’énergie électrique. Les 375 MW que les deux centrales produiront devraient à peine suffire pour satisfaire la demande du groupe chinois. Sinon que l’atteinte des objectifs tels qu’énoncés ci-dessus placera la Guinée dans le peloton de tête de la production de la bauxite sur le continent.

Dans un contexte africain marqué par l’ambition de transformer les matières premières pour éviter d’exporter des milliers d’emplois et par ricochet les gros bénéfices, la Guinée envisage la construction d’infrastructures de transformation. Pour cela les autorités guinéennes sont bien décidées à introduire une mention y relatif dans la convention finale avec TBEA Group. « Plusieurs phases additionnelles portant sur la réalisation d’autres infrastructures transformatrices sont prévues pour la République de Guinée, a indiqué le communiqué, ajoutant que si la réalisation de ces phases additionnelles nécessite la conclusion d’accords complémentaires entre la République de Guinée et TBEA, un certain nombre de principes fondateurs doivent être dès à présent actés par la convention de base ».

Un investissement de 2,89 milliards de dollars

Les autorités précisent que le montant de cet investissement est de 2,89 milliards de dollars. Une somme suffisamment importante pour induire de la part du gouvernement guinéen des mesures incitatives conséquentes. Repris dans le communiqué de presse, Abdoulaye Magassouba, le ministre des mines et de la Géologie de Guinée Conakry, soutenait qu’au-regard de l’ampleur des investissements et de l’engagement de la société, il a été accepté de favoriser un tel investissement par la mise en place de mesures spécifiques d’incitations fiscales et d’accompagnement à travers un Comité d’Appui et de Suivi du Projet ».

Le communiqué précise en plus que la mine de bauxite entre en production le 30 juin 2019, soit 18 mois de travaux de construction. Par contre la production de l’aluminium commencera le 30 juin 2021, tandis que la fonderie est attendue dans les sept ans suivants la date de signature de la convention. En cause : cette dernière est sujette à une forte disponibilité énergétique. On suppose de ce fait que les centrales à construire ainsi que le port, vont voir le jour avant. Cet accord avec le groupe chinois intervient alors que le secteur minier, notamment l’or et la Bauxite, connait une hausse importante de la demande. D’après les prévisions du FMI, la croissance à moyen terme dans ce secteur est de 5% par an. Par contre en Guinée elle a atteint la barre de 33,5%, en 2016. En cause : la hausse du prix de la bauxite et de l’or. Entre autres avantages de ce projet, la création de milliers d’emplois. D’après le communiqué de presse, il devrait permettre la création de 10 000 emplois directs et indirects. L’autre atout non négligeable, est la prise en compte des préoccupations de développement économique de la Guinée. C’est le cas de la diversification des sources d’énergie. Onésiphore Nembe

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Laissez un commentaire