All for Joomla All for Webmasters
 

Pétrole raffiné : Le calvaire de l’Etat nigérian en passe de finir Spécial

Prévue pour décembre 2019, la méga raffinerie d’Aliko Dangote pourrait être achevée plus tôt, en raison de la pression des autorités gouvernementales nigérianes qui voient dans ce projet une opportunité pour le pays de diminuer sa dépendance des produits raffinés importés et de mettre la main sur un paquet de milliards de dollars grâce à l’exportation des produits de ce mégaprojet.

Au cours d’une visite du chantier de la raffinerie situé dans la zone de libre-échange en pleine capitale économique, Lagos, Ibe Kachikwu a fait part au milliardaire nigérian, Aliko Dangote du souhait des autorités nigérianes de voir la raffinerie entrer en production plus tôt que prévu. Le ministre d'État aux ressources pétrolières indiquait le 1er août dernier que « la fin des travaux de la construction de la raffinerie est prévue pour décembre 2019 mais je ne vous cache pas mon souhait de voir terminées les installations avant cette date », une façon de mettre la pression au milliardaire nigérian. De son côté Aliko Dangote qui a pris part à cette visite du chantier a promis d’ « accélérer les travaux » sans préciser une nouvelle date pour la livraison. 

 

Un investissement de 18 milliards de dollars

Le ministre du pétrole s’est dit prêt à « aider de toutes les manières possibles pour que le projet soit terminé avant 2019 ». Un propos vague pour ce chantier gigantesque qui aura nécessité 18 milliards de dollars. A noter que le milliardaire nigérian a investi, seul, la coquette somme de 12 milliards de dollars, soit 70% de l’enveloppe globale qu’aura nécessité ce mégaprojet. Pour précision ce projet concerne la construction d’une usine pétrochimique ainsi qu’une unité de production d’engrais. 

 

Un projet révolutionnaire pour l’économie nigériane

S’exprimant sur les attentes de ce projet, Aliko Dangote a assuré qu’il va participer à créer « environ 4 000 emplois directs et 145 000 emplois indirects ». Le milliardaire d’ajouter que « le gaz de notre gazoduc augmentera l'approvisionnement en gaz domestique et nous estimons que 12 000 MW supplémentaires de production d'énergie peuvent être ajoutés à la grille avec le gaz supplémentaire de notre système ». Plus encore, ce projet permettra au Nigeria de lever sa dépendance vis-à-vis des produits raffinés importés. Grâce à la production journalière de la raffinerie, 650 000 barils de pétrole raffiné par jour d’après les estimations, le Nigeria pourra réduire le niveau de ses importations de produits raffinés. Courant 2013 on estimait à plus de 30 milliards de dollars le montant global des importations de produits raffinés au Nigeria soit un peu plus de 82 millions de dollars par jour. Une perte en termes de devises étrangères à un moment où l’économie nationale est en pleine récession.

La raffinerie Dangote d’après nos confrères de La Tribune Afrique, va permettre au premier pays producteur de brut en Afrique, de faire des économies de 7,5 milliards de dollars et générer 5 milliards de dollars en termes d’exportation dans la sous-région de produits raffinés, d’engrais ainsi que de produits pétrochimiques. Les enjeux de ce projet sont donc multiples, ce qui explique l’intérêt du gouvernement à voir ouvrir le plus tôt, ce qui est sans conteste, la plus importante raffinerie jamais construite en Afrique. Onésiphore NEMBE/Afrique Progrès Magazine

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30