All for Joomla All for Webmasters
 

Cross River State (Nigeria) : construction d’une centrale à gaz de 750MW Spécial

L’électrification et le développement des entités fédérées au Nigeria ne seront plus désormais la chose de l’Etat fédéral seul. C’est ce qui ressort après la décision prise en début d’année dans l’Etat de Cross River, dans le sud-est du Nigeria, de procéder à la vente de 12 129 ha de terres et après s’être engagé récemment avec l’entreprise allemande Siemens pour la construction d’une centrale à gaz d’une capacité de 750 Mégawatts (MW).

D’après les porteurs de ce projet de production énergétique, la future centrale à gaz tournera grâce à 42 turbines fabriquées par Siemens. Dans l’urgence et compte tenu de la situation difficile en matière de disponibilité de l’énergie, les autorités de cet Etat ont résolu de mettre sur pied dans les trois mois à venir 40MW d’énergie. Probablement quelles vont envisager la location de sources alternatives d’énergie telles que le propose la compagnie indienne Aggreko, déjà présente au Benin. Pour précision cette centrale de 750MW de capacité devrait être construite dans un délai de 18 mois à partir du début des travaux et cela d’après un communiqué de presse des autorités locales.

Parlant de l’accord avec Siemens, le gouverneur de l’Etat de Cross River, Ben Ayade, affirme que « la mise en place de ce projet n’engendre aucuns frais initiaux pour nous [l’Etat de Cross River]. Le principal objectif est de fournir de l’énergie en continu aux populations et, bientôt, Cross River fera partie des Etats du Nigeria qui ont l’énergie 24h/24, 7j/7.» Un véritable succès dans le pays le plus riche d’Afrique où le déficit énergétique frôle la barre des 7 000MW. 

 

Le fleuve Cross et son potentiel énergétique remarquable

Traversé par le fleuve Cross qui prend sa source dans la province de l’Ouest au Cameroun et parcourt 489 km à travers le Cameroun et le Nigeria avant de se jeter dans l’océan par le Golfe de Guinée, cette seule rivière dispose d’un énorme potentiel énergétique. Le lit du fleuve qui s’agrandit sur les 85 derniers kilomètres [en territoire nigérian] pourrait donc permettre grâce à la construction préalable d’un barrage de retenue d’eau, lequel va permettre de réguler le niveau de l’eau et de traverser sans grandes difficultés les périodes d’étiage, de mettre en place d’importantes structures énergétiques. C’est dire qu’en termes de potentiel l’Etat de Cross River est bien à l’abri.

Depuis quelques mois l’Etat de Cross River essaye de se démarquer, s’improvisant dans les missions proches de celles de l’Etat fédéral. Il s’agit entre autres de la décision en début d’année d’attirer les investissements privés par la vente notamment de 5 fermes publiques étendues sur une zone de 12 129 ha. Cette décision prise pour booster le secteur cacaoyer dans ce bassin, deuxième en termes de production au Nigeria avec près de 50 000 tonnes de cacao va permettre à l’Etat de Cross River d’accroître ainsi l’assiette des exportations nationales nigérianes. L’opération de vente est en cours et devrait être conclue d’ici la fin de cette année 2017. C’est dire qu’aujourd’hui les autorités de Cross River sont en train de prendre en main le destin de leur Etat, un fait indispensable à un moment de l’histoire du Nigeria où, sans mentir les choses vont mal. 

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30