All for Joomla All for Webmasters
 

Maroc : la Startup promue à un bel avenir si des investissements importants sont consentis Spécial

De nombreuses startups ont été créées courant 2015, cinq fois plus que le chiffre retenu en 2012. Dans le même temps ce sont quatre nouveaux incubateurs qui ont vu le jour ainsi que des accélérateurs internationaux, des raisons qui font croire que la Startup va connaître un développement spectaculaire dans le royaume.

Avec l’arrivée de Numa, un accélérateur français mettant à la disposition des startups marocaines des mentors internationaux chevronnés, l’avenir s’annonce meilleur. Grâce à l’apport de ces mentors le Maroc va pouvoir mettre le cap sur l’innovation, un facteur inhérent à la startup. Outre les accélérateurs, on note aussi l’installation de quatre nouveaux incubateurs donc Dare Inc, fondé par le Centre Marocain pour l'innovation et l'entrepreneuriat social (MCISE), le Cluster Solaire, spécialiste des technologies vertes ou encore l’Espace Bidaya (un incubateur développé quant à lui par l’acteur français Le Comptoir de l’Innovation).

Courant septembre 2015, Ramez Mohamed, PDG de Flat6Labs, un autre incubateur dont l’installation au Maroc est annoncée pour bientôt, déclarait que « le Maroc offre un grand potentiel en tant que prochain puissant centre pour les startups dans la région ». Le PDG de Flat6Labs avait de ce fait appelé à un resserrement du partenariat public privé en vue de profiter au maximum du potentiel dont dispose le pays.

500 milliards de dollars en jeu d’ici à 2020

Pour Mehdi Alaoui, créateur de ScreenDy, une entreprise qui fait dans le développement d’applications, le marché présente un potentiel phénoménal. «> On compte dans le monde 35 millions de développeurs, mais seulement 3 millions font des applications, a-t-il déclaré à nos confrères de Oxford Business Group (OBG). Dans le même temps le PDG de ScreenDy affirmait que « la demande est actuellement cinq fois supérieure à l’offre. Alors que le marché mondial des applications devrait selon les estimations passer de 100 milliards de dollars aujourd’hui à 500 milliards de dollars d’ici à 2020, le développement d’applications constitue l’un des segments les plus porteurs du secteur informatique. »

Un manque avéré d’investissements dans le secteur

Le propos en tout cas dénonce la visée mondiale de l’entrepreneur marocain. L’urgence se pose cependant au niveau des fonds disponibles. A ce jour seulement un investisseur de capital-risque est présent sur le marché marocain des startups. Pas assez compte tenu des attentes des patrons de startups. Il s’agit du Maroc Numeric Fund (MNF), créé par la Caisse de Dépôt et de Gestion Maroc (organisme public) en coopération avec trois des plus grandes banques du pays – la Banque Centrale Populaire, la Banque Marocaine du Commerce Extérieur et l’Attijariwafa Bank. L’autre difficulté dans le développement de la startup marocaine reste liée au manque de capital d’amorçage. Là encore le Réseau Entreprendre Maroc (REM) et Eiréné4Impact sont seuls à accompagner les nouveaux arrivants dans le marché.

Conclusion de nouvelles startups vont être créées encore et encore, mais seule une poignée risque survivre dans cet univers qui exige des investissements et de l’innovation pour le maintien en vie de ces entreprises. Pourtant il s’agit bien là d’un secteur très porteur et dans lequel de grands investissements pourraient servir positionner le Maroc. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire