All for Joomla All for Webmasters
 

A l’assaut du continent africain, le royaume chérifien poursuit sa route avec cette fois-ci, la création d’une fondation en charge de former les imams africains. La fondation Mohammed VI des oulémas d’Afrique que les autorités ont annoncé l’arrivée lundi dernier, va favoriser désormais la coopération en matière religieuse et la promotion d’un islam tolérant, un point assez intéressant par cette époque où l’Afrique est pris d’assaut par les intégristes.

Dans sa dynamique de coopération africaine, cette fois le Maroc vient avec une offre religieuse, une fondation pour former les imams africains. L’annonce de la création de la fondation Mohammed VI des oulémas d’Afrique, s’est faite le lundi dernier en présence d’une dizaine de dignitaires religieux africains, des présences qui laissent croire que le continent africain adhère à cet idéal, initiative de Sa Majesté.

Pour la communauté Est-africaine qui en est à son troisième sommet sur la question du retour du calme au Burundi, la décision de Pierre Nkurunziza de repousser la présidentielle de six jours, est une véritable insulte. Pourtant certains partisans du régime affirment que ce report fait suite à l’ « appel » lancé par la communauté et par l’ensemble des partis d’opposition burundais.

Après un énième appel de la communauté Est-africaine (EAC) à un report des élections au Burundi, Pierre Nkurunziza, vient de réagir favorablement. Les élections qui étaient prévues le 15 juillet prochain, se tiendront plutôt le 21 juillet, soit un report de six jours. Pourtant les chefs d’Etat de la région avaient demandé lors de leur deuxième sommet à Dar Es-Salam le 31 mai dernier, un report de six semaines pour le moins, compte tenu de« l'impasse actuelle au Burundi», selon les termes même de l’acte final de cette rencontre. Ce recul devait donner une chance au dialogue entre le régime et les opposants d’aboutir.

 

Six hommes armés se sont attaqués aux locaux de la radio d’Etat centrafricaine blessant un gendarme sur leur passage. Plus de 24 heures après l’ouverture des enquêtes, le motif de ces actes survenus dans la nuit du lundi, reste un grand mystère.

Des questions restent sans réponse depuis l’attaque dans la nuit du lundi dernier des locaux de la radio nationale centrafricaine par six hommes armés. Depuis, personne n’a pu donner le motif de cette intrusion, qui a fait un blessé, un gendarme. Aucun matériel n’a été volé, ce qui privilégie la piste d’un règlement de compte contre une personne lambda qui devait se trouver sur les lieux.

Isaac Zida et Ouattara
Au cours de sa tournée ivoirienne, le PM burkinabè Isaac Zida s'est entretenu avec le président Alassane Ouattara

 

De retour de sa tournée ivoirienne ce mardi 7 juillet, Isaac Yacouba Zida a été accueilli par des foules de manifestants. Militaires et société civile sont venus témoigner leur sollicitude au premier ministre dans un contexte de crise entre le RSP et les partisans de l’ancien président Blaise Compaoré qui exigent dare dare sa démission.

Au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou ce mardi 7 juillet, Herman Yameogo, l'un des animateurs de la conférence et fervent partisan de Blaise Compaoré affirme que « L’affaire du RSP a dépassé le cadre du RSP. C’est toute l’armée nationale qui a endossé la question. [...] Nous nous alignons sur cette position parce que nous ne saurions encourager des prises de position, des attitudes qui auraient pour conséquences d’engager des frictions au sein de notre armée nationale. L'armée demande le départ de ses officiers qui étaient dans les instances de la transition. Nous nous alignons sur cette question».

Même privée de deux de ses membres, la Céni vient d’annoncer ce mardi 7 juillet les résultats de la double élection de la semaine dernière. Sans surprise, le CNDD-FDD, parti au pouvoir, est en tête du processus avec 77% des sièges, suivi directement par la coalition des indépendants de l’espoir d’Agathon Rwasa, 21%. Avec ce résultat, la coalition des indépendants, qui avait annoncé son boycott de cette élection, est finalement le grand vainqueur du processus, même si le chef de file reste catégorique sur le refus de son équipe de siéger.

Plus d’une semaine après la double élection au Burundi, la Céni qui fonctionne depuis avec trois membres au lieu de cinq vient de rendre ses résultats ce mardi 7 juillet. Sans surprise, le parti au pouvoir arrive largement en tête du processus avec 77% des sièges sur les cent disponibles. La deuxième place revient aux hommes d’Agathon Rwasa, 21% des sièges.

Archives

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31