All for Joomla All for Webmasters
 
Afrique Progrès Magazine

Afrique Progrès Magazine

Au cours d’un entretien donné à France 24 ce lundi 11 décembre, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, s’est dit prêt à utiliser tous « les moyens pour écraser cette menace [terroriste dans le Sahel] ».

Accusées pour leur absence de dynamisme par rapport à leurs pairs anglophones, les économies des pays d’Afrique subsaharienne francophones sont à la traîne dans le classement des économies africaines. La première en lice apparait à la 12e place, loin derrière deux pays anglophones, le Nigeria et l’Afrique du Sud, respectivement premier et deuxième économie du continent.

Décidé à s’affirmer comme une puissance moyenne dans le concert des nations, le Maroc poursuit d’un pas de maître sa route dans la cours des grands. Au compteur des réalisations de Rabat il faut ajouter désormais le Mohammed VI-A, un satellite d’observation ultraperformant lancé entre le 7-8 novembre dernier.

Au cours des quatre prochaines années la BAD annonce un investissement de 12 milliards de dollars dans l’électrification du continent. Il s’agit pour Akinwumi Adesina, le président de l’institution bancaire panafricaine, de donner à l’Afrique une énergie capable de satisfaire la demande locale ainsi que celle des investisseurs.

Ce sont 290 millions de dollars que la banque africaine de Développement et la banque mondiale (BM) viennent d’octroyer au Kenya. Cet argent devrait servir à poursuivre la phase II de l’électrification des zones rurales du pays.

Pour se mettre à l’abri de l’hyperinflation à laquelle la nation zimbabwéenne fait face depuis 2009, de nombreux nationaux de cet Etat se tournent vers le Bitcoin, la cryptomonnaie la plus en vue aujourd'hui.

Alors que le fonctionnement de l’Union Africaine (UA) reste tributaire des fonds extérieurs, le Bénin vient d’officialiser son engagement à partir de janvier 2018 à introduire la taxe de 0,2% sur toutes les importations en direction des 54 pays africains. Une révolution qui sonne comme le début de la réalisation des multiples engagements pris par les autorités de l’UA et non jamais respectés.

L'armée a pris le contrôle de la capitale Hararé au cours de la nuit dernière et les militaires ont fait une annonce à la télévision nationale.

Afin de booster le secteur des énergies renouvelables, la ministre tanzanienne de l’Energie et son homologue des finances travaillent depuis quelques temps à la mise en place d’une exonération fiscale de nature à permettre à de nombreux investisseurs de s’intéresser au secteur.

Dans l’effort d’accroissement de son parc énergétique national, le Kenya a placé au centre de sa politique, le développement des sources renouvelables, telles que la géothermie, le solaire et l’éolien. Dans ce chantier initié début 2015, la géothermie a pris une place de choix, devenant depuis quelques semaines, la principale source de production énergétique nationale kényane.

Le travail accompli par les femmes reste mal rémunéré. C’est une certitude hélas ! Dans un document attribué au bureau international du travail et publié fin 2016 (Les femmes au travail : Tendances) les experts avancent que « les inégalités entre hommes et femmes perdurent sur le marché mondial du travail, cela en termes d’égalité des chances, de traitement et de résultats ». Du coup la réalisation des objectifs de développement durables à l’horizon 2030 se fait de moins en moins certaine.

Une femme est depuis quelques jours directrice générale de la compagnie nationale kényane en charge de l’énergie électrique. Rebecca Miano, 51 ans, avocate de profession, assurait depuis août dernier l’intérim à la tête de la compagnie avant d’être choisie parmi 90 postulants.

Engagées dans le développement de leur circonscription administrative, les collectivités territoriales entendent désormais maîtriser les comptes régionaux. Ce chantier qui a été entamé au Maroc dans la ville de Chefchaouen courant 2010, se poursuivait le 2 novembre dernier à l’hôtel Sofitel de Rabat où se tenait un atelier national organisé par Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique.

La Section des infrastructures et de l'industrialisation de la Division de l'intégration régionale et du commerce de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) a organisé une réunion du groupe d'experts, mardi dernier le 31 octobre 2017. Ladite réunion avait pour objectif d'examiner et de valider le rapport sur la « Promotion du développement des infrastructures pour l'industrialisation de l'Afrique ».

Le secrétariat d'État chargé du Développement durable et le ministère de la Salubrité, de l'Environnement et du Développement durable de la Côte d'Ivoire ont signé, vendredi à Rabat, un plan d'action 2017-2019 dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de coopération dans le domaine de l'environnement et du développement durable conclu, devant le Roi Mohammed VI, le 20 janvier 2015 à Marrakech. L'invitation de la Côte d'Ivoire en sa qualité de pays d'honneur à la 9-ème édition du Salon Pollutec Maroc vient, d'ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre de ce Plan d'action.

Cités et Gouvernements Locaux Unis d'Afrique (CGLU Afrique) organisera du 1er au 02 novembre 2017 à l'Hôtel Rive (Rabat, Maroc), un atelier de formation pour la première cohorte des membres de l'équipe panafricaine d’évaluation par les pairs des collectivités locales.

Mohammed VI a relevé de leurs fonctions Mohamed Hassad, Mohamed Nabil Benabdellah, Al Houcine Louardi et Larbi Bencheikh.

L’électrification et le développement des entités fédérées au Nigeria ne seront plus désormais la chose de l’Etat fédéral seul. C’est ce qui ressort après la décision prise en début d’année dans l’Etat de Cross River, dans le sud-est du Nigeria, de procéder à la vente de 12 129 ha de terres et après s’être engagé récemment avec l’entreprise allemande Siemens pour la construction d’une centrale à gaz d’une capacité de 750 Mégawatts (MW).

Au Ghana où le dossier énergétique est au cœur de la politique gouvernementale, l’Etat s’apprête à céder des actifs de ses centrales à gaz aux entreprises privées. Cette démarche vise probablement à augmenter la puissance électrique de ces centrales qui fonctionnent en ce moment entre 50-65% de leur capacité.

Jacob Zuma reste insatisfait du travail accomplit au niveau du ministère de l’énergie. C’est en tout cas ce qui ressort des multiples changements à ce poste. Sept mois après le l’arrivée de Mmamoloko Kubayi à ce poste, le chef d’Etat sud-africain vient d’attribuer les charges à un nouveau responsable, David Mahlobo.

Archives

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31