All for Joomla All for Webmasters
 
Le camerounais Marafa Hamidou Yaya, Ex-ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation Le camerounais Marafa Hamidou Yaya, Ex-ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation

Cameroun : Marafa lance un appel aux allures de candidature à la présidentielle 2018 Spécial

Du fond de sa cellule du Secrétariat d’Etat à la défense (SED) où il croupit depuis six ans déjà, l’ex-ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Marafa Hamidou Yaya, vient de faire déclaration qui va très certainement laisser des traces. « Chers compatriotes, l’année 2018 débute où vous aurez à faire un choix capital pour l’avenir de notre pays. En effet, lors des élections présidentielles, vous serez le pilote qui peut soit laisser aller le navire à sa dérive actuelle, soit au contraire l’en sortir pour le diriger sur le bon cap », précise-t-il. Dans sa prise de parole, l’ancien proche collaborateur de l’actuel chef de l’Etat Paul Biya, n’est pas tendre envers le pouvoir en place.

En marge de l’élection présidentielle prévue cette année, il se positionne déjà comme une alternative pour l’avenir. « Le gouvernement actuel semble frappé d’immobilisme. Comme moi, vous constatez chaque jour que les paroles du chef de l’Etat se transforment rarement en actes. Comme moi, vous voudriez lui demander : où sont les tracteurs et les voitures dont vous annonciez l’assemblage au Cameroun dans votre message à la Nation le 31 décembre 2012 ? Pourquoi les travaux de l’autoroute Douala-Yaoundé que nous attendons depuis 20 ans sont-ils interrompus ? », ajoute Marafa Hamidou Yaya.

L’on se souvient que dans une interview accordée au journal The Median l’an dernier, Marafa estimait être le meilleur candidat à la succession du président Biya.  C’est depuis avril 2012 que ce dernier a été arrêté, puis condamné à 25 ans de prison en septembre de la même année, pour complicité intellectuelle et détournement de deniers publics dans le cadre du procès sur l’achat avorté de l’avion présidentiel « Albatros » en 2011, avant de voir sa peine réduite en cassation à 20 ans. Gibrile Kenfack Tsabdo/Afrique Progrès Magazine

Laissez un commentaire

Archives

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Commentaires