All for Joomla All for Webmasters
 

Le Bénin s’engage résolument dans le Financement de l’UA Spécial

Alors que le fonctionnement de l’Union Africaine (UA) reste tributaire des fonds extérieurs, le Bénin vient d’officialiser son engagement à partir de janvier 2018 à introduire la taxe de 0,2% sur toutes les importations en direction des 54 pays africains. Une révolution qui sonne comme le début de la réalisation des multiples engagements pris par les autorités de l’UA et non jamais respectés.

Plus de 60 ans après la création de l’organisation de l’unité africaine, actuelle union africaine, le financement de cet organisme reste largement dépendant de l’appui extérieur. Plusieurs fois les autorités de l’UA ont imaginé des solutions pour pallier aux difficultés financières auxquelles fait face l’institution. La dernière en date remonte à 2014, quand la décision de prélever dans chaque Etat parti une taxe sur les billets d’avion, les nuits d’hôtel et les SMS téléphoniques avait été prise. Problème : la mise en application a été renvoyée aux calendes grecques. Pourtant selon les experts ayant travaillé dans la proposition de cette solution, les sommes à récolter devraient suffire largement pour faire fonctionner l’institution et accroître son indépendance. Puisqu’il faut le dire, les fonds étrangers qui financent l’UA ne sont ni plus ni moins qu’une épée de Damoclès pour les dirigeants africains.

Accusée de piétiner, l’institution panafricaine, croit-on dans les sphères décisionnelles africaines, devrait devenir un véritable appareil de prise de décision dès lors qu’elle pourra s’autofinancer. Lors du sommet de Kigali en juillet 2016, les chefs d’Etat s’étaient engagés unanimement à augmenter leurs contributions nationales en plus de la taxe de 0,2% sur les importations africaines. Mais aucun acte fort n’avait suivi cet engagement. Ceci dit la décision du Benin de collecter la taxe de 0,2% sur ses importations africaines à partir de janvier 2018 marque le début d’une nouvelle ère. Reste à savoir si les autres Etats membres suivront dans ce sens. Soulignons toutefois que les attentes en termes de fonds issus de cette taxe devraient atteindre les 1,1 milliards d’euros par an, soit plus de huit fois le budget de fonctionnement retenu pour l’’année 2014 (140 millions de dollars). Afrique Progrès Magazine

Laissez un commentaire

Archives

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31