All for Joomla All for Webmasters
 
Enfants dans un village au Sierra Leone. Enfants dans un village au Sierra Leone. Photo d'illustration. DR

La Cedeao veut limiter à trois le nombre d’enfants par femme, triste ! Spécial

Alors que le continent africain est resté jusqu’à présent lié au principe de liberté des ménages de faire le nombre d’enfants qu’ils veulent, la proposition des parlementaires de la Cedeao de réduire à trois le nombre d’enfants par femme, pourrait changer la donne. Une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron qui décriait la natalité africaine au début du mois de juillet. Triste !

Il s’agirait d’équilibrer la croissance économique à la poussée démographique d’après les parlementaires de la Cedeao. Dans cette région ouest africaine où la natalité est de 5,6 enfants par femme Salif Diallo indique que « les parlementaires de la Cédéao ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (...) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique. »

Le président de l’Assemblée nationale burkinabé soutient mordicus que « quand on a des taux de croissance économique des pays qui est de l’ordre de 5 à 6% avec un taux de fécondité située à 6 ou 7%, nous sommes dans une situation de démographie non maîtrisée et nous ne pouvons pas espérer de développement avec une telle situation ». S’agit-il d’une réponse au président Emmanuel Macron qui a fait début juillet une sortie remarquée au sujet de la natalité africaine ? Possible !

Rappelons toutefois que cette position répond à l’appel insultant du président Macron à notre Afrique, démontrant l’incapacité du continent africain à penser un modèle de développement qui fait de la grande fécondité africaine un pillier de croissance et non un handicap au progrès des Etats affaiblis par des problèmes de mal gouvernance et de détournement de fonds publics. Début juillet 2017, le nouveau locataire de l’Elysée déclarait que « le défi de l’Afrique est différent…il est civilisationnel ». Emmanuel Macron ajoutait d’ailleurs que « quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien. »

La jeunesse africaine considérée comme une bombe

En tout cas certains voient le problème autrement et n’hésitent pas à présenter la jeunesse africaine comme une bombe. Marcel de Souza, président de la commission de la Cedeao affirme pour sa part que « la jeunesse représente les deux tiers de la population. Cette jeunesse, lorsqu’elle ne trouve pas de solutions, devient une bombe : elle traverse le désert ou la Méditerranée et meurt par milliers pour l'immigration clandestine. ». Une analyse banale d’une situation provoquée par un pillage des ressources organisé au sommet des Etats africains et qui pousse cette jeunesse à migrer clandestinement, pour mourir dans les déserts ou vivre dans les rues d’une Europe en peine. Onésiphore NEMBE/ Afrique Progrès Magazine

Onésiphore NEMBE

Directeur de publication

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire

Archives

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31